Expos
« Des hommes, des mondes », l’expo archipel du Collège des Bernardins

« Des hommes, des mondes », l’expo archipel du Collège des Bernardins

06 mars 2014 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Le Collège des Bernardins réinvestit une nouvelle fois sa Nef et sa Sacristie pour une exposition rassemblant dix-sept artistes dont certains ont produit des oeuvres pour l’exposition.

[rating=3]

La volonté du commissaire Alain Berland est d’offrir de la « dynamique », ici la circulation s’impose d’un bout à l’autre du lieu en passant par l’extérieur où une fresque dans l’alphabet de Villeglé vous accueille. A l’intérieur, on  rencontre des oeuvres qui toutes parlent de la relation entre le local et le mondial. Les petits podiums ronds de Djamel Kokene Dorléans aux lettres venues de Broadway, sur lesquels on voit danser une performeuse, geindre une peau de mouton tachée ou voir grandir une forêt résonnent avec les poupées vaudou, mais en cristal, ornées d’objet du quotidien de Pascale Marthine Tayou, tout comme l’accumulation d’un nain et d’un totem de Matthew Darbyshire.

Tout ici vient décloisonner et surprendre, dans un geste qui navigue entre ethnologie et performance. Il faut s’approcher, et parfois même toucher (en tout cas s’asseoir) pour comprendre la grande illusion des tapis numériques de Archaf Touloub.

Après L’arbre de vie, le Collège des Bernardins continue d’explorer avec intelligence la notion de globalité, sans jugement ni prosélytisme. Femmes, hommes, français, étrangers, toutes générations confondues, les dix-sept artistes  prouvent tous par leur production que la relation de l’intime au général est une question éternelle.

Romain Bernini, Bientôt un pouvoir / Franck Scurti, Snake Skin Map III

Infos pratiques

Office du Tourisme de Vienne
Cantada II
Idir Benard
Passionné par les nouvelles technologies, la cyberculture et les visionnaires de tout poil, il écrit un mémoire à l'EHESS sur le transhumanisme et la science fiction. Interrogateur du genre humain, en chemin hors de la caverne de Platon. Bon vivant, ne se prive pas de couvrir des évènements sympas en tout genre, qu'il y ait du vin, du dupstep ou de l'art. Fan des dessins animés des années 90 (Tintin, Dragon Ball Z) et des jeux old school (mégadrive en particulier)

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


A propos

Toute La Culture : Comment choisir ?
Toute La Culture est un magazine d'information pluridisciplinaire et national. Il regarde notre societé par les yeux des tendances et de la culture. Fondé en 2009, il est reconnu comme journal en 2012 puis d' Information Politique et Générale (IPG), en 2017

L’objectif de Toute La Culture est véritablement de parler de TOUTE la culture : un film d’animation d’Europe de l’Est comme blockbuster américain à énorme budget, un récital lyrique comme un nouvel album de rap, la beauté et les tendances sont abordées d’un angle culturel et même les sorties en boîte de nuit et les nouveaux lieux à la mode sont dans nos pages. Enfin, les questions politiques d’actualités sont au coeur de nos articles : covid, #metoo, mémoire, histoire, justice, liberté, identité sont au cœur de nos réflexions à partir des spectacles et œuvres que nous voyons comme critiques. Non seulement nos rédacteurs se proposent être vos guides et de vous aider à choisir dans une offre culturelle large, à Paris, en France, en Europe, mais c’est parce que Toute la Culture brasse large que, dans ses quinze articles quotidiens, le magazine doit avoir un point de vue arrêté sur l’actualité. Et ce point de vue part du principe que l’angle culturel offre une grille de lecture unique et précieuse sur le monde dans lequel nous vivons.
Soyez libres… Cultivez-vous !

Soutenez Toute La Culture