Expos

Femmes en scène : femmes et théâtre à la Maison des Metallos

Femmes en scène : femmes et théâtre à la Maison des Metallos

09 mars 2018 | PAR Lili Nyssen

Jusqu’au 11 mars, Femmes en scène rassemble des figures féminines du théâtre, le temps de rendre visible, via la photographie et la parole, ces femmes de la culture, minorité tant sur le devant de la scène que derrière le rideau. 

La Maison des Metallos abrite durant trois jours cette petite exposition en entrée libre, résultat d’un projet d’étudiantes du Master de Médiation Culturelle de la Sorbonne Nouvelle (Paris III). Des photographies de femmes succèdent à des chiffres simples et évocateurs de la place minoritaire qu’elles occupent dans le monde de la culture. 21% des auteur et aurtrices programmé(e)s, 12% des metteurs et metteuses en scène primé(e)s aux Molières, les femmes sont encore trop absentes de la culture, et, mis en évidence ici, du théâtre. Alors Chloé, Rachel,  Kimberley, Aline, Iris et Marie, étudiantes, femmes et amoureuses de théâtre, ont rencontré quatorze d’entre elles. Photographiées par Mélanie Morice dans des salles de théâtre et autres lieux du spectacle vivant, elles sourient à l’objectif, et l’on peut lire sur le cartel un bout de parole, sélectionné avec soin, qui tantôt chante une passion, tantôt évoque la difficulté d’exister dans un monde d’hommes, tantôt rêve de luttes. Les portraits dépeignent quatorze bouts de vie, quatorze individualités dont les différents métiers – dramaturge, metteuse en scène, costumière, régisseuse, créatrice lumière, etc – se tissent pour former un tissu lisse, une boucle bouclée, comme une pièce de théâtre est le final de toutes les petites mains, derrière le rideau. La disposition de l’exposition est en effet pensée comme la création d’une pièce. On rencontre d’abord Penda Diouf, dramaturge, dont « l’écriture est [la] colonne vertébrale ». Puis, Rebecca Chaillon, metteuse en scène, évoque sa volonté de ne travailler qu’avec des femmes, tout en mettant en évidence les phénomènes d’intersectionnalité : « En étant une femme, noire, bi, grosse, il y a des empêchements à de nombreux niveaux. », car les discriminations se rencontrent, s’empilent et s’emmêlent. Et les portraits se succèdent, créatrices et interprètes, techniciennes et chargées de diffusion. Derrière le rideau ou face au public, au bureau ou dans la salle, elles portent un message féministe en même temps qu’elles nous invitent en coulisses et révèlent quelques mouvements de la création théâtrale.

Exposition montée par Iris Oriol, Rachel Basque, Kimberley Kemtchuaing-Dupressoir, Chloé Giret, Marie Vigner, Aline Lepla, toute membres et fondatrices de l’association Les femmes derrière le rideau.

 Visuel : ©Mélanie Morice

Infos pratiques

La Note Américaine de David Grann : critique d’un livre qu’il faut absolument lire
La playlist Du fric pour notre site
Lili Nyssen

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *