Expos
Bruno Gérard nous parle de « Itinéraires singuliers » au si beau Musée de l’Hospice Comtesse

Bruno Gérard nous parle de « Itinéraires singuliers » au si beau Musée de l’Hospice Comtesse

12 décembre 2019 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Bruno Gérard est commissaire de l’exposition, administrateur de la Fondation Paul Duhem. Il a accepté de répondre à nos questions

Parlez-moi déjà du Musée, quelle est son identité ?

Le Musée de l’Hospice Comtesse est un ancien hôpital médiéval fondé par la Comtesse Jeanne de Flandre au XIIIe siècle. Situé dans le cœur historique de Lille, il abrite désormais le musée d’art et d’histoire de la ville. Patrimoine emblématique, les collections et les salles d’ambiance telles que la cuisine, le réfectoire ou la lingerie, rappellent la vocation hospitalière du lieu et évoquent toute l’intimité d’une maison flamande des siècles passées. La prestigieuse salle des malades accueille actuellement l’exposition Itinéraires singuliers. Tout un imaginaire rassemblé dans ce lieu chargé d’histoire, ce lieu fidèle à son hospitalité, à cette manière d’accueillir, mais d’accueillir désormais les œuvres et leurs auteurs aussi fragiles et intenses soient leurs créations.

Pour « Itinéraires singuliers », vous avez rassemblé 16 artistes de la Fondation Paul Duhem en Belgique, parlez-moi de ce lieu, pourquoi vous a t-il intéressé ?

La Fondation Paul Duhem, située à Beloeil en Belgique, est une émanation de l’atelier dessin de La Pommeraie ( lieu d’accueil pour personnes handicapées en Belgique)

Dans ses statuts, cette fondation ouvre ses portes aux créations singulières réalisées par des personnes autodidactes installés en France et en Belgique. Leurs racines identitaires et culturelles sont bien souvent perceptibles dans leurs œuvres. La Fondation a pour objectif de préserver et pérenniser ces œuvres qui lui sont confiées et qui pourraient être détruites sans son apport. Autre activité d’importance de cette structure : l’étude, la diffusion et le rayonnement du fonds au travers d’événements ou d’actions spécifiques. L’exposition Itinéraires singuliers en est un exemple.

Outre le fait de participer ou de créer des expositions, un travail de publication est engagé : catalogues, monographies mais aussi des documentaires sur les artistes quand cela est possible.

Depuis le mois d’octobre 2019, la Fondation a inauguré son propre espace d’exposition.

Et justement, pourquoi ces seize artistes ? Quel est le parcours de cette exposition ?

Ces 16 artistes font partie de la collection conservée par la Fondation Paul Duhem. Tous ont, d’une manière ou d’une autre, travaillé sur le portrait, sur l’humain mais ils ont aussi apporté, dans leurs créations, leur propre interprétation de la ville, de son architecture, de ses activités. C’est sur ces deux fils conducteurs que l’exposition se construit et se découvre : l’identité et la cité. De plus, un élément rassemble toutes ces œuvres : l’oscillation entre le réel et l’imaginaire, entre la conscience et la spontanéité, entre l’individualité et la vie sociale..

La multiplicité des techniques utilisées (sculptures, tapisseries, peintures, assemblages, dessins…) et la variété des univers créatifs donnent un rythme et une richesse supplémentaires à cette exposition.

Avez-vous mis en place un axe de travail avec les enfants autour Itinéraires singuliers ?

Pour les jeunes visiteurs : des visites itinérantes, avec prise de croquis face aux œuvres et temps d’atelier, ont pris place dans l’exposition.

Pour les familles, dans le cadre de dimanches spécifiques, des ateliers dans lesquels parents et enfants laissent libre-cours à leur imagination, sont proposés. Une rencontre avec un des artistes exposées fait aussi partie du rendez-vous.

 

Jusqu’au 19 janvier, au Musée de l’Hospice Comtesse, à Lille. Informations et réservations.

Visuel : ©Musée de l’Hospice Comtesse

Le festival Essonne en Scène dévoile le line-up de sa deuxième édition
The lighthouse de Robert Eggers : le gris du feu
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *