Expos
Allons découvrir Albrecht Altdorfer Au musée du Louvre.

Allons découvrir Albrecht Altdorfer Au musée du Louvre.

19 octobre 2020 | PAR Jean-Marie Chamouard


Le musée du Louvre organise du 1 octobre 2020 au 4 janvier 2021 une exposition consacrée au maître de la renaissance allemande, Albrecht Altdorfer.

Albrecht Altdorfer (1480-1538) est peintre, dessinateur, graveur et architecte, né et mort à Ratisbonne, en Bavière. Il appartient avec Wolf Hüber à l’Ecole du Danube, qui se situe à la charnière entre le gothique tardif et la renaissance. Cette école est remarquable par l’innovation, l’imagination créatrice, l’expressivité. Albrecht Altdorfer est un artiste très inventif qui saura développer son style propre. Néanmoins il a été influencé par ses compatriotes et contemporains, Albrecht Dürer et Lucas Cranach ainsi que par le Quattrocento, en particulier par Andréa Mantegna. Il sera également un notable, architecte de la ville et membre du Grand conseil de la ville autonome de Ratisbonne.

L’exposition rassemble plus de deux cents œuvres et a été réalisée en étroite collaboration avec le musée Albertina à Vienne. Elle est à la fois chronologique et thématique ce qui permet de bien comprendre le déroulé de la carrière du peintre. Les explications dans chaque salle sont claires, les textes didactiques, facilement abordables.

Le visiteur découvre d’abord les œuvres de jeunesse du peintre (entre 1506 et 1512) en particulier le départ pour le Sabbat, dessin sur papier brun-rouge. Il représente « des sorcières bavaroises », l’œuvre est remarquable par son clair obscur et son expressivité. Une estampe d’Andréa Mantegna, « Quatre muses dansant », frappe par sa beauté. La douceur des formes, leur mouvement pourraient évoquer Botticelli. Pendant sa maturité (1512- 1522) Albrecht Altdorfer devient l’artiste officiel de l’empereur Maximilien 1er, le grand- père de Charles Quint. Il travaille la gravure sur bois. « La chute et rédemption de l’humanité » est une série de quarante dessins de très petite taille, une véritable bande dessinée. « Le cortège triomphal » est aussi une série de dessins d’une grande finesse, exposée en une gigantesque frise qui fait le tour de la salle. La muséographie est très réussie, le visiteur éprouve la sensation d’assister au défilé impérial. En peinture, il invente un nouveau langage, les couleurs deviennent éclatantes, les contrastes lumineux, puissants comme dans « St Florian roué de coups » et « le Christ prenant congé de sa mère ». Certaines salles sont thématiques : l’une est consacrée à l’orfèvrerie avec des eaux fortes représentant gobelets et aiguières, la suivante aux paysages. Le paysage devient le sujet principal du tableau ou du dessin ce qui pour l’époque était novateur. Innovation aussi avec le dessin d’architecte : on pourra remarquer deux très belles eaux fortes sur l’entrée et l’intérieur de la synagogue de Ratisbonne. Pendant la dernière période (1522-1538) l’artiste se consacre surtout à la peinture et l’exposition se termine par l’adoration des Mages, superbe tableau qui date de 1535.

L’exposition a été complétée par la présentation virtuelle et didactique de deux tableaux conservés à l’Alte Pinakothek de Munich, « Suzanne au bain » et « la Bataille d’Alexandre ». Pour Suzanne au bain nous disposons encore du dessin initial et il a été réalisé récemment une réflectographie infrarouge : les étapes de la réalisation du tableau deviennent ainsi explicites. Le visiteur peut aussi découvrir en virtuel le tableau le plus célèbre du Maître : La bataille d’Alexandre. Un tableau prodigieux.

Cette exposition nous fait découvrir un artiste de la renaissance, relativement méconnu, dont l’œuvre est très diverse, originale. Le dessin tient la part la plus importante dans cette exposition qui offre un panorama complet de l’œuvre du peintre. Dans le contexte sanitaire actuel le musée du Louvre est en quelque sorte « rendu aux Franciliens » : on peut voir cette exposition sans attente, avec un nombre de visiteurs très raisonnable dans chaque salle ce qui permet de profiter pleinement des œuvres. Alors, allons découvrir Albrecht Altdorfer.

 

Visuel :

Albrecht Altdorfer,
Adoration des mages

© Städel Museum – U. Edelmann – ARTOTHEK

Infos pratiques

Théâtre de la Mackellerie
Galerie Polka
Musée du Louvre

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *