Politique culturelle

Mona, un foyer pour que les femmes rayonnent par My Little Paris

Mona, un foyer pour que les femmes rayonnent par My Little Paris

13 octobre 2017 | PAR Yaël Hirsch

Ce jeudi 12 octobre 2017 ouvrait rue de Turenne un nouveau « Palais de la femme », tout en bois, matières chaudes, avec livres, espace de coworking, d’échanges et de beauté. Sous le nom de « Mona », My Little Paris et ses partenaires, parmi lesquels Estée Lauder, Ulule et Paris Pionnières ont pensé un cocon qui encourage les femmes à oser.

Lorsqu’on entre chez Mona, on retrouve le caractère mignon et chaleureux qui caractérise déjà le lieu Montmartrois de My Little Paris. La célèbre newsletter de bons plans a choisi le haut-marais et un espace de trois étages pour ouvrir gratuitement les portes du possible aux femmes. Sous la houlette de Claire Herzog Architecture, c’est tout en design et en bois chaleureux que se répartit cet espace avec un Rez-de-Chaussée habité par les livres et la Cafétéria, un étage où Estée Lauder met du maquillage en libre-service et engage à rencontrer des femmes inspirantes et un sous-sol arboré où dans une cave aménagée, une grande table accueille les femmes pour un co-working gagnant. Mona, c’est un prénom international, très féminin et porté par des femmes d’influence comme Mona Bismarck ou Mona Hatoum. Mona, c’est aussi la voisine, la cousine, la femme d’à côté. Et c’est désormais un lieu où les femmes de passages à Paris peuvent se poser pour un coup de fil, pour se changer, prendre une douche ou récupérer un peu d’énergie avant de mener la bataille suivante.

« Le cumul des mandats dans la vie d’une femme, ce n’est pas rien », explique Anne-Sophie Leroux de My Little Paris qui parle de ce projet avec des étoiles dans les yeux. Elle explique que la newsletter a lancé une enquête au préalable auprès de ses lectrices et que plus de 80 % d’entre elles avaient un projet qu’elles n’osaient pas réaliser, parfois très ambitieux et parfois plus modeste mais qu’elles ne s’autorisaient pas à accomplir par manque de confiance et/ou de temps pour elles. En proposant à ces femmes de se poser, d’échanger autour d’un livre (Book Club), de cartes (Mona Poker Club), d’ateliers (« Avoir confiance en soi », le 18 octobre avec Mylène Rhydal, « Comment se lancer ? par l’incubateur au féminin Paris Pionnières, « Lancer une campgane de corwdfunding » avec Ulule le 30 octobre) d’échanges, il s’agit de « donner le courage de passer à l’acte ». En ce sens, Anne-Claire André, la directrice de la communication de Estée Lauder explique que la rencontre avec des femmes inspirantes que parraine (ou marraine !) la marque de beauté peut faire effet de levier. C’est tout à fait dans l’esprit de la fondatrice Estée Lauder qui était à la fois femme, mère et chef d’entreprise : « Elle ne voulait renoncer à rien ». Et surtout pas à transmettre à d’autres femmes
cette expérience qui est de se permettre d’être soi et d’accomplir ses projets. C’est ce que proposent des femmes inspirantes comme la chanteuse Ayo qui célébrait cette soirée d’ouverture, la réalisatrice Tony Marshall qui déjeune avec les femmes de Mona le 20 octobre, la dessinatrice Pénélope Bagieu qui vient parler le 20 octobre au soir, la championne de boxe Ingrid Graziani (le 17 novembre) ou Aurelie Saada des Brigitte qui vient y parler le 2 novembre. C’est donc une véritable « expérience d’intelligence collective » que propose Mona en accès libre du mardi au dimanche (pause le lundi) pour un monde où les hommes sont bienvenus mais où l’accomplissement des femmes signe leur avenir.

Mona, by My Little Paris, 118 rue de Turenne, Paris 3e , m°Filles du calvaire. Programme. Entrée libre.

visuels : YH

L’Orchestre National de France, Emmanuel Krivine, le Chœur de Radio France et Stephane Degout chantent le deuil en allemand au Théâtre des Champs-Elysées [Live-Report]
Trump vs. la culture épisode 123087984: Washington se retire de l’Unesco
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

One thought on “Mona, un foyer pour que les femmes rayonnent par My Little Paris”

Commentaire(s)

  • Denise

    Cela semble un endroit particulièrement séduisant !

    novembre 13, 2017 at 20 h 24 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *