Politique culturelle

La MuseumWeek ou l’art du tweet

La MuseumWeek ou l’art du tweet

06 mars 2015 | PAR Simon Théodore

Conviée au ministère de la culture et de la communication, 1 rue de Valois, la presse était réunie pour entendre la présentation de l’événement culturel du mois de mars, la seconde édition de la « semaine des musées ». Ouvert par Fleur Pellerin, ministre de la culture et de la communication, et suivi de Dick Costolo, président de Tweeter, cette conférence de presse les premiers #MuseumWeek.

museumweek

Un musée numérique

Petite sœur des Journées du Patrimoine et de la Nuit des Musées, cette Museumweek est un projet interactif, mêlant la culture au numérique. En 2014, plus de 630 musées européens répondirent à cette initiative et quelque 260 000 messages traitant d’art et de la culture furent relayés sur la plateforme Tweeter. Avec pour principales ambitions de partager la culture au-delà des frontières physiques et d’en permettre l’accès à ceux qui ne l’ont pas ou peu, les enjeux de cette seconde édition sont de donner une dimension mondiale à cette idée et de fédérer le public de manière ludique et participative. Ainsi, Dick Costolo voit dans la « beauté du numérique » la possibilité d’ « idées sans frontières ». Formidable réussite, plus de 1000 établissements dans 44 pays à travers le monde (Etats-unis, Brésil, France, Russie, Japon, Australie, etc.) ont répondu à cette démarche. La liste des différents établissements participant est disponible sur la carte interactive du site de la Museumweek.

Sept jours pour sept thématiques

Se déroulant du 23 au 29 mars 2015, l’ambition est de permettre, aux amateurs comme aux professionnels, de partager des souvenirs, des expériences, des créations ou des informations sur la plate- forme numérique. 7 jours dédiés autour de 7 thématiques (architecture, coups de cœur, coulisses des institutions culturelles, etc), l’entreprise se veut ludique et, surtout, interactive. En effet, durant les deux jours du week end, les publics deviennent, au fil des hashtags, acteurs en postant ses autoportraits numériques ou autres selfies.

Quand le virtuel nourrit le réel

L’originalité de cette expérience est de rendre le « tweetosse », non seulement acteurs, mais créateurs. En collaboration avec l’artiste Marcin Ignac, le studio français BRIGHT produit une œuvre numérique générée par les différents messages postés. En fonction de la géo-localisation, la date de création ou des couleurs de la photo de profil, un algorithme retranscrit les données et engendre une œuvre artistique numérique. Abdel Bounane, président de BRIGHT, légitime cette entreprise par l’ « envie de donner vie à ce qui circule sur Tweeter ». Celle-ci sera visible en temps réel sur le site de l’événement, dans certains établissements partenaires de la MuseumWeek mais encore à des spots interactif de la ville de Paris.

Retour vers le futur

capsule temporelle

L’ensemble des tweets émis, lors de cette semaine des musées, est enregistré dans une capsule temporelle (sorte de gros disque dur d’une trentaine de kilos et de dimension 60x30x28,6 cm!). Scellée le 29mars à minuit, elle ne sera rouverte qu’en 2035 et sera exposée au musée des Sciences et de l’Industrie. Avec pour vocation de voyager sur le globe, elle permettra surtout aux générations futures de comprendre et de (re)découvrir ce qui faisaient l’art et la culture en 2015.

Avec la volonté, selon la ministre de la culture et de la communication, d’ « assurer les valeurs de la république sur la toile », cette semaine des musées facilite surtout l’accès à la culture, nationale ou étrangère. Brisant les frontières réelles, elle permet aussi de faire rentrer l’art et les savoirs dans l’ère du numérique, du participatif et de l’interactif, encourageant ainsi le partage des cultures. Il est possible d’ores et déjà de suivre le fil de l’événement sur le hashtag #MuseumWeek. Sur ce, à vos tweets !

Pour toutes informations complémentaires cliquer ici.

Visuel : (c) Simon Theodore

Gagnez 3×2 places pour voir « Dios Proveerà » de David Bobée lors du festival Spring au théâtre de Caen le 15 mars
World Press Photo: Giovanni Troilo perd son prix
Simon Théodore

2 thoughts on “La MuseumWeek ou l’art du tweet”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *