Politique culturelle
Drame mondial : Playboy dit stop à la nudité

Drame mondial : Playboy dit stop à la nudité

15 octobre 2015 | PAR Kalindi Ramphul

Comment ?! Playboy arrêterait de publier des photos de femmes nues ? Mais n’était-ce pas sa marque de fabrique ? Eh bien manifestement non, ou alors le magazine hyper culte a changé son fusil d’épaule et donne désormais dans la pudeur outrancière. Toute La Culture vous explique les raisons d’un virage qui va en attrister plus d’un.   

Mondialement connu pour ses photos d’actrices et de mannequins dénudées, le cultissime magazine Playboy a décidé de se focaliser dorénavant davantage sur l’esthétique de ses couvertures plutôt que sur le fessier tout lisse d’Adriana Karembeu. La proposition initiale de l’entreprise était pourtant de faire du divertissement pour hommes. C’était, du moins, le concept d’origine, instauré par un jeune homme de 26 ans, Hugh Hefner, qui est toujours à la tête du géant de la sexytude, bien qu’âgé de 89 ans.

Le compte à rebours est désormais lancé : à partir de mars, plus de tétons, plus de fessiers et plus d’entre-cuisses sur les couvertures du magazine fétiche. Les mannequins, actrices et playmates seront désormais couvertes. Mais que la gente masculine ne se fasse tout de même pas trop de mouron, les jeunes ( et moins jeunes ) demoiselles ne seront bien sûr pas non plus enfermées dans des carcans en grosse laine. On y verra quand même un peu de peau hein !

Sur son site, le directeur, qui a lancé Playboy pour revendiquer la liberté sexuelle de tous, s’est exprimé : « Vous n’êtes qu’à un clic de tous les actes sexuels imaginables, gratuitement. Publier des photos de nu dans un magazine est dépassé, désormais ». Se couvrir serait donc moderne. Pourquoi pas finalement ? A une heure ou l’hyper sexualité des starlettes hollywoodiennes est devenue réellement lassante et où la sensualité des Marilyn Monroe, des Jayne Mansfield et des Cindy Crawford serait presque obsolète, pourquoi ne pas prendre le contre pied de la tendance sex-addict ?

En tout cas la nouvelle version, bien plus sobre, de Playboy, a été loin de rebuté ses fidèles lecteurs puisque :  » Des dizaines de millions d’utilisateurs visitent notre site sans nudité et notre application mobile chaque mois parce qu’il y a, oui, des photos de belles femmes, mais aussi des articles et des vidéos » explique le magazine dans un communiqué de presse.

Visuels : ©DR

Kate Winslet dans le rôle de la photographe Lee Miller
[Festival d’Automne] Les violents « Quartiers libres » de Nadia Beugré
Kalindi Ramphul

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *