Actu

Mort de l’écrivaine Anne Golon auteure des « Angélique », à l’âge de 95 ans

Mort de l’écrivaine Anne Golon auteure des « Angélique », à l’âge de 95 ans

17 juillet 2017 | PAR Donia Ismail

À l’origine des péripéties d’Angélique, marquise des Anges, l’auteur de renommée Anne Golon s’est éteinte à l’âge de 95 ans.

« Angélique, marquise des Anges » a rythmé la vie de plusieurs millions de lecteurs à travers le monde depuis maintenant plusieurs décennies. Sa créatrice, Anne Golon, de son vrai nom Simone Changeux, est décédée à Versailles vendredi à l’âge de 95 ans des suites d’une péritonite, a annoncé sa fille.

Cette saga de treize épisodes, traduite dans une trentaine de langues, relate les amours contrariés d’Angélique, mariée alors qu’elle n’est âgée que de 17 ans au comte boiteux Joffrey de Peyrac, plus vieux qu’elle. C’est ce couple à l’histoire d’amour improbable qui va la renommée de son écrivaine.

C’est aux côtés de son mari Serge, le père de ses quatre enfants, qu’elle crée le personnage d’Angélique au début des années 1950. Lui, ce géologue et chimiste de renom, assure les recherches, elle, reporter, assure la rédaction de ce roman populaire. Tous deux choisissent Golon comme nom de plume.

L’inspiration elle la trouve auprès de Margaret Mitchell, auteur du célébrissime Autant emporte le vent: «Avec Autant en emporte le vent, elle prouvait qu’une femme pouvait rendre l’Histoire intéressante, autour d’une héroïne de caractère. J’ai choisi le XVIIe siècle car il était peu utilisé» .

« Angélique, marquise des Anges » paraît tout d’abord en Allemagne en 1956, puis dans l’Hexagone un an plus tard. Alors que le public s’arrache les histoires d’Angélique, les critiques, elles, snobent complètement l’ouvrage. Un mythe est cependant créée: comédie musicale, opéra, manga ou encore films seront adaptés des aventures de cette jeune femme. Un succès retentissant pour Simone Changeux. «Sous couvert de roman d’aventure, la saga est une œuvre initiatique, parlant de liberté de foi, de vie, combattant de bout en bout le fanatisme religieux», dit aujourd’hui sa fille Nadine.

Mais ce succès si important a un goût amer pour Simone Changeux. Adapté plusieurs fois au cinéma, le portrait qu’en a fait cette industrie est à des années lumières de celui qu’elle a écrit: Angélique est un femme luttant pour sa liberté et non  pas la «petite putain» et la «niaise» dépeinte par certains cinéastes. Parallèlement à cela, elle s’est rendue compte qu’à l’étranger ses textes étaient modifiés voire même agrémentés de passages « pornographiques ». Commence alors une véritable bataille judiciaire pour récupérer la totalité de ses droits, qu’elle gagnera en 2006, «J’ai été un auteur assassiné (…). Angélique est un personnage de combat et moi je me sens prête à rejouer David contre Goliath», disait-elle lors d’un procès.

visuel: wikipédia

Retour de Documenta 14 : entretien avec Kathy Alliou
« Les Meilleurs Ouvriers de France » au musée des arts et métiers, une exposition passionnée et passionnante !
Donia Ismail

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *