Actu
Le sénat réduit la taxe tampon

Le sénat réduit la taxe tampon

24 novembre 2015 | PAR Pauline L'Huillier

Les sénateurs ont adopté ce samedi 21 novembre, contre l’avis du gouvernement, un amendement qui réduit à 5,5% le taux de TVA pour les produits hygiéniques féminins, qui est actuellement de 20%.

C’est contre l’avis du gouvernement que les sénateurs ont adopté samedi 21 novembre l’amendement réduisant de 20% à 5,5% le taux de TVA sur les protections périodiques féminines ainsi que sur les protections hygiéniques pour les personnes âgées.

Selon le Sénat, cette réduction de la TVA à 5,5% serait aussi le moyen de réparer une « injustice ». En effet, les sénateurs, visiblement plus sensibles aux arguments avancés par les associations et collectifs féministes que nos députés, ont lors du débat, touché un point essentiel : les femmes subissent une « double peine ». Non seulement discriminées par la fameuse « taxe rose » qui plombe leur budget, elles continuent encore et toujours de percevoir en moyenne un salaire inférieur à 27% que leurs collaborateurs masculins.

La sénatrice PS Évelyne Yvonnet a rappelé que chaque femme dépense entre 1500 et 2000 euros par an en protections périodiques. Il faut savoir aussi que le taux réduit de la TVA sur les produits d’hygiène féminine est appliqué en Espagne et au Royaume-Uni, et qu’il est nul en Irlande.

Pour l’organisation féministe Georgette Sand, les protections hygiéniques, qui ne sont pas considérées comme des produits de première nécessité, sont soumis à une TVA trop élevée. Le collectif avait lancé une pétition #NoTaxOnTampons, le 20 février 2015, demandant que la TVA sur les tampons, serviettes et coupes menstruelles passe a minima de 20% à 5,5%, comme pour d’autres produits « de première nécessité » tels que l’eau, les denrées alimentaires ou les préservatifs. Cette pétition réuni aujourd’hui plus de 27000 votes !

 

 

 Si le collectif Georgette Sand , qui milite depuis plusieurs mois pour la fin de la « taxe tampon », s’est réjoui ce week-end du vote des sénateurs, il appelle aussi à la vigilance, « le texte n’étant pas encore définitif ». Le problème étant que après avoir été approuvé par le Sénat, l’amendement va retourner à l’Assemblée nationale pour la deuxième lecture du projet de loi de finances 2016. Il n’entrera en rigueur qu’en cas d’approbation des députés.

 

 

Visuels : ©Château de Versailles, 104. ; ©twitter: georgette sand

 

 

 

 

La maison de Bernarda Alba de Federico García Lorca, Mise en scène de Lilo Baur à La Comédie Française.
François Ferrier expose la mélancolie de ses paysages à la Pijama galerie
Pauline L'Huillier

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *