Actu
Le fondateur de la french-tech culture, Jean-François Cesarini, est mort

Le fondateur de la french-tech culture, Jean-François Cesarini, est mort

29 mars 2020 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Jean François Cesarini, député la première circonscription de Vaucluse est décédé le dimanche 29 mars 2020 à Marseille des suites d’un cancer débuté à l’œsophage en juin 2017. Il avait 49 ans.

Jean-François Cesarini est né le 30 septembre 1970 dans le quartier populaire de la Barbière à Avignon.

Sa formation intellectuelle est double, politique et philosophique. Il obtient un DEA de Philosophie à l’Université de Montpellier III, consacré aux relations entre Søren Kierkegaard et le Nouveau testament.

A la mort de son père, chef d’entreprise et militant socialiste, il a 26 ans. Il reprend alors la direction d’une partie de l’activité immobilière familiale. Il entre rapidement au parti socialiste, en parallèle, il anime l’antenne des Restos du cœur d’Avignon.

Sa couleur politique le place aux côtés de Dominique Strauss Khan et il est dans ce cercle à l’origine d’une section Terra Nova en Vaucluse. En 2010, il co-fonde et préside l’antenne locale de Terra Nova dans le Vaucluse, première implantation décentralisée de la Fondation. Il y participera à l’écriture d’études et de rapports sur le Festival d’Avignon, les primaires de la Gauche, l’extrême droite en Vaucluse, ou sur plusieurs sujets écologiques.

Curieux des nouvelles technologies et amoureux de culture, il est, en 2013, l’un des fondateurs et dirigeants de l’association qui portera la candidature au label French Tech de la métropole diffuse Grande Provence Avignon-Arles-Nîmes, sur la thématique « Culture et innovation numérique ».

Cette initiative sera couronnée de succès par l’obtention du label French Tech Culture, officiellement décerné le 6 juillet 2015 par Emmanuel MACRON, alors ministre de l’Economie, et Fleur PELLERIN, alors ministre de la Culture.

Il accompagnera par ses conseils de nombreuses startups et leurs équipes pour les aider à grandir et à conquérir de nouveaux marchés.

Cette expérience lui fera rencontrer à de nombreuses reprises ceux qui construisent alors la candidature à la présidentielle d’Emmanuel MACRON.

L’arrivée de La République en Marche sur l’échiquier constitue pour lui l’opportunité de voir sa conception social-démocrate de l’action politique se concrétiser.

Devenu référent d’En marche pour le Vaucluse, il est élu le 18 juin 2017 député de la première circonscription de Vaucluse face à Anne-Sophie Rigault, candidate du Front National (avec un score de 58,09 %).

Durant son mandat il n’a eu de cesse de défendre sa vision d’une gauche éclairée. En juin 2919 il devient membre du « Collectif social-démocrate », groupe d’une vingtaine de députés de l’aile gauche du groupe LREM.

Plusieurs grandes actions sont à retenir de son mandat.
En octobre 2018, dans le cadre de l’examen du projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS), il mène un groupe de 34 députés LREM qui défendent un amendement visant à rendre plus progressive la hausse de la contribution sociale généralisée (CSG) : celui-ci est adopté en commission des Affaires sociales.

Il s’oppose fermement aux mesures prévues par le gouvernement sur l’immigration concernant la santé et notamment l’aide médicale d’État (AME),

A l’hiver 2019 il se bat contre l’âge pivot dans le texte de loi sur les retraites puis condamne l’utilisation du 49,3.

Président du groupe d’amitié France-Taiwan, il a aux côtés de plusieurs députés demandé à Pékin de rétablir le dialogue et il a condamné le silence des autorités françaises concernant la situation hongkongaise

Il a travaillé pendant tout son mandat à la valorisation des territoires en mettant en avant les “tiers-lieux” en dehors des métropoles. La révolution numérique sortant les gens des grandes villes, ce que le député voyait comme une nouvelle révolution industrielle.

Amoureux fou du festival d’Avignon, il était également comédien, poète et musicien. En octobre 2019, il sortait un album de chant lyrique dont il avait écrit les paroles “De la vie cet impératif”. Ces derniers mois, il participait à la création d’un spectacle autour de la musique d’Eric Breton.

Visuel : Autorisation d’utilisation par Jean François Cesarini-DR

En quarantaine sensuelle avec Le Verrou : « Petit Bréviaire pour m’enculer »
Ces musiciens qui se filment dans leur confinement (12)
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

One thought on “Le fondateur de la french-tech culture, Jean-François Cesarini, est mort”

Commentaire(s)

  • Lise vidal

    Ce grand homme si jeune , aux activités multiples et éclectiques ne s est rien interdit et a fait de sa vie un combat pour le social.
    Pour l avoir croisé, je suis émue.
    Paix à son âme.

    mars 30, 2020 at 6 h 23 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *