Actu
Le budget des universités amputé de 70 millions d’euros

Le budget des universités amputé de 70 millions d’euros

22 novembre 2014 | PAR Nina Farge

On l’attendait en progression: le gouvernement avait initialement annoncé 106 millions d’euros supplémentaires pour l’enseignement supérieur et la recherche. Le coup porté est d’autant plus dur le mardi 18 novembre, lorsque ce budget prévisionnel s’est retrouvé amputé de 70 millions d’euros par le vote de l’Assemblée nationale. Immédiatement au créneau, la CPU (Conférence des Présidents d’Université) s’est insurgée contre cette coupe aussi brutale qu’intenable. 

sorbo

.

Les tensions entre le monde de l’enseignement et le gouvernement ne datent pas d’hier: professeurs mal payés, budgets chancelants… Le manque de moyens financiers et matériels sont parfois criants dans ces lieux qui incubent les citoyens de demain. Si bien que certaines universités connaissent des heures sombres, vacillant sur le fil de l’équilibre et guettés par l’abîme. On se rappelle notamment le choc à l’Université de Saint-Quentin-en-Yvelines, acculée et menacée de fermeture en 2014.

La CPU craint aujourd’hui pour toutes les universités françaises, et juge cette amputation intenable: « Cette mesure n’est pas technique et s’ajoute à d’autres négatives comme la forte augmentation de la masse salariale qui n’est pas compensée. A périmètre constant, c’est 160 millions d’euros qu’il manquera au budget des universités en 2015. Autant dire une incapacité à fonctionner. Cette amputation supplémentaire n’est pas soutenable », explique-t-elle, dans des propos rapportés par le journal le Monde. Le budget de l’enseignement supérieur et de la recherche est passé de 12,79 à 12,72 milliards d’euros, « une diminution sans précédent » jugée « incompréhensible ».

Parmi les secteurs touchés de plein fouet par ce magistral « coup de rabot », la recherche figure en première place avec 7,72 milliards d’euros au lieu de 7,76, soit une baisse de 35 millions d’euros. Pas de mauvais sang en revanche pour la vie étudiante, qui reste en hausse avec 42 millions d’euros supplémentaires.

La ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche, Najat Vallaud-Belkacem, a pour sa part qualifié de « réaliste » cet amendement impitoyable, tout en réaffirmant « la volonté ambitieuse du gouvernement dans l’enseignement supérieur et la recherche ».

Visuel: La Sorbonne

Playlist de la semaine (92)
[Critique] « Un illustre Inconnu : Mathieu Kassovitz troublant caméléon dans un film de genre à la française
Nina Farge
Étudiante en deuxième année de master "Administration de la musique et des arts du spectacle vivant" à l'université d'Evry, licenciée en "Lettres et Arts"; je me passionne depuis toujours pour la culture, et plus particulièrement pour la danse.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture