Jean-Pierre Bouvier, sublime au Poche Montparnasse dans « La Version Browning »

6 septembre 2016 Par David Rofé-Sarfati | 0 commentaires

La version browning, pièce de théâtre de Terence Rattigan fut aussi adaptée au cinéma dans deux films de 1951 et 1994. L’édition de Kerbrat présentée au Poche-Montparnasse est magnifique.

Andrew Crocker-Harris est un professeur de latin et de grec ancien, à la fois craint et détesté par ses élèves, qui doit prendre sa retraite anticipée pour raison de santé. Sa femme Laura le méprise et a une liaison avec Frank, un autre professeur. Professeur  extrêmement sévère et psychorigide, Crocker-Harris terrorisait ses élèves, remplaçant l’humour qu’il n’avait pas et qui aurait servi à sa pédagogie par un consentement à être le souffre douleur des railleries secrètes de ses élèves.  Il acceptait ainsi d’être ‘Croquigniole’. Dans la version anglaise il est le « Croulant ».  Lorsqu’il reçoit un cadeau d’adieu d’un élève, une traduction de grec en anglais, la version browning, d’Agamemnon d’Eschyle, il craque et pleurniche. Le cœur de cet homme blindé par une vie d’humiliations se fissure pour se remettre soudain à battre, et pour ne plus s’arrêter.

L’interprétation de la troupe est parfaite, en particulier Marie BUNEL en divine Mme Crocker Harris cependant que si la mise en scène s’est voulue sans prétention c’est que Patrice Kerbrat offre à Jean-Pierre Bouvier l’occasion d’une prestation époustouflante  dans le rôle principal. On pense à Louis Jouvet avec son dédain et sa ténébreuse force dans Un Revenant de Christian Jacqu. C’est sublime et 105 minutes passent comme une seule.

 

LA VERSION BROWNING
de Terence RATTIGAN
Adaptation et mise en scène Patrice Kerbrat
Avec
Jean-Pierre BOUVIER Andrew Crocker Harris
Marie BUNEL Millie Crocker Harris
Benjamin BOYER Franck Hunter
Pauline DEVINAT Mme Gilbert
Philippe ETESSE Dr Frobisher
Nikola KRMINAC Peter Gilber


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laissez un commentaire: