Les disques classiques et lyriques du mois de mai 2018

26 avril 2018 Par
Yaël Hirsch
| 0 commentaires

Beaucoup de voyages aux influences croisées dans ces disques classiques et lyriques que nous avons écouté au mois d’avril 2018. Un voyage dans le temps, des traversées de l’Atlantique et du vieux continent mais aussi une invitation vers l’Hadès avec plusieurs albums dédiés à Liszt. Bonne écoute!

  1. Découvertes baroques

cpe-bachCPE Bach romantique au Pianoforte de Mathieu Dupouy
Après avoir dédié un premier album au clavicorde au deuxième fils de Jean-Sébastien Bach, Carl Philipp Emmanuel (1714-1788), Mathieu Dupouy révèle tout une quête métaphysique au pianoforte (un instrument Gräbner 1791) dans ce « Sentimental journey » au titre inspiré de Lawrence Sterne et où il propose une vision romantique de ses dernières œuvres pour clavier des années 1780 « pour connaisseurs et amants ». Le détachement des notes et l’acmé d’émotion dans le rondo de la sonate wq 58 aussi bien que la fluidité dans la fantasia de sonate wq 61 sont les sommets de ce CD qui s’imprègne très loin dans la sensibilité. Mathieu Dupouy, CPE Bach, Voyage sentimental, 66.32′ Label Hérisson, sortie le 4 mai 2018, 14 eruos. Y.H.

Tartini à son acmé par Mathieu Camille
Alors que le cd sort le 25 mai, nous avons écouté un peu en avance l’enregistrement par le violoniste Mathieu Camille des sonates pour violon seule de Giuseppe Tartini (1692-1770). Pures et puissantes ces sonates sont l’ « aboutissement d’une quête musicale » selon le soliste. Violoniste lui-même et compositeur de Padoue, Tartini laisse de la place aux improvisations dans son manuscrit. Une musique spirituelle avec un intermède vocal particulièrement intense. Mathieu Camille, Tartini, Sonates pour violon seul, Emphase/Outhere, sortie le 25 mais 2018. Y.H.

2. Voyages et influences sublimés.

chimeraDirection l’Amérique du Sud avec La Chimera

Après avoir marqué son public en reprenant la Messe des Indiens et la Missa Criolla de Ariel Ramirez, l’ensemble baroque La Chimera nous emmène à nouveau en Amérique du Sud : du baroque colonial à Violeta Parra, les instruments anciens de la formations dirigée par Eduardo Eguez nous emmènent en territoire Inca revisiter trois siècles de musique sud-américaine.
La Chimera, guitare et direction : Eduardo Egu?2018ez, Gracias a la Vida, La Musica / Harmonia Mundi, 70′, avril 2018, 16 euros. Y.H.

Voyage_Booklet.inddParis et l’Amérique latine par Lionel Cotter et Jorge Villadoms
Petit rattrapage d’avril… Sous la jolie photo de couverture qui rappelle à la fois le Dernier tango et le Dans Paris de Klapish, le violoncelle solo de l’Orchestre Symphonique de la Radio Bavaroise Lionel Cottet et le pianiste Jorge Viladoms nous embarquent dans un voyage aux milles impressions croisées entre la capitale française et l’Amérique du Sud. Leur carte mélomane croise à chaque fois un air français aux inspirations souvent hispanisantes et un extrait de composition de continent sud-américain. On retrouve avec joie des extraits qu’on chante avec eux (Habanera de Ravel, Oblivion de Piazzola ou encore l’Elégie op. 24 de Fauré merveilleusement interprétée) et l’on découvre certains compositeurs comme le mexicain Manuel Maria Ponce (1882-1948) ou l’on redécouvre certains morceaux de bravoure du répertoire français (évidemment la sonate de Debussy mais aussi la méditation de Thaïs de Massenet qui s’intègre bien malgré tout dans ce panorama plus « latino »). Un disque cohérent et exigeant mais qui offre aussi tout le luxe et la volupté d’un voyage métissé. Josrge Viladoms, Lionel Cottet, From Latin America to Paris, Sony, 73’50, 147 euros. Automne 2017. YH.

3. Voyages de Fantaisie et de mort
v-pour-valseValse avec la mélancolie par Vassilis Varvaresos
En trois temps, le léthé fuit, sous les doigts du pianiste grec passé par la Julliard school Vassilis Varvaresos. Aussi bien dans la Mephisto Valse de Liszt que dans la Valse sentimentale de Tchaikovski que dans le Carnaval de Schumann, la folie et l’au-delà rôdent. Un série de valses tristes que le musicien complète avec le chois de la valse « poème chorégraphique » de Ravel, du Scriabine et une variation de Moriz Rosenthal sur Strauss. A entendre en live le 15 mai salle Gaveau. V for Valse, de Vassilis Varvaresos, Aparté, 19’31, sortie le 11 mai 2018. YH.

berrutL’Alchimie sombre de Franz Liszt par Béatrice Berrut
Après avoir déjà offert du Liszt sous le titre grec « Metanoïa » c’est sous le titre hébraïque d’alichimiste « Athanor » que la pianiste suisse Béatrice Berrut rassemble les deux concertos pour piano et le Totentanz de Franz Liszt. Un album où le sombre se fait puissant sous la houle du Czech National Symphony Orchestra dirigé par Julien Masmondet. Un album passionné et passionnant où la pianiste a fait le choix d’intégrer les ultimes corrections du compositeur sur la partition et où l’amour et la musique percent toutes les ombres. Béatrice Berrut, Czech National Symphony Orchestra , Julien Masmondet, Liszt, Athanor, Totentanz, Piano concertos, 55’58, Aparte, 15 euros. Sortie le 20 avril 2018. YH.

4. Voyage dans une oeuvre : les Symphonie de Arvo Pärt

part-symphoniesConduites par Tönu Kaljuste à la tête du NFM Wroclaw Philharmonic, les 4 symphonies du compositeur estonien Arvo Pärt passent de la plus « polyphonique » à la 4e dites de « Los Angeles » et nous font traverser la deuxième moité du 20e siècle avec un compositeur en train de trouver son style. Une atmosphère changeante mais toujours prenante où l’on se laisse partir comme vers une terre hantée. Arvo Pärt, NFM Wroclav Philharmonic, Tönu Kaljuste  The Symphonies, ECM classics. 18 euros. Sortie le 20 avril 2018. Y.H.

visuels : couvertures d’albums