« Mémoire vive », Sarah Gensburger interroge les lieux des attentats de 2015

10 février 2017 Par
Yaël Hirsch
| 0 commentaires

Sociologue, spécialiste des Justes parmi les nations, et participant au projet REAT qui propose une sociographie de la réaction aux attentats, Sarah Gensburger est spécialiste de la mémoire. Résidant entre le Bataclan et la Place de la République, elle a été au cœur des territoires touchés par les attentats de 2015. Dans une monographie illustrée de photos en couleurs, elle livre aux éditions Anamosa ses réflexions sur la mémoire en train de se constituer.

memoire-vive
C’est donc par une série de chroniques chronologiques et thématisées (« traces », « plaques », « journalistes », « sacré » que Sarah Gensburger rend compte de la manière dont la population du 11e arrondissement de Paris réagit aux traumatismes du 7 janvier et du 13 novembre. Mère de famille (les commentaires de ses enfants jouent un rôle important) et « riveraine » (la vie a continué, dans sa banalité, pour els habitants), photographe mais avec le début de distance qu’apporte la formation de sociologue, elle livre un récit de la manière dont l’espace a été aménagé pour créer de la mémoire commune à partir de drames personnels.

Liant cette « mémoire vive » aux manières de gérer le traumatisme par le passé, mais n’oubliant pas de coudre les fils entre le choc des attentats et les revendications des Nuit Debout ou des défenseurs des Réfugiés, Place de la République, elle décrit autant qu’elle explique – à partir d’objets, de témoignages ou de propos lus bénins rapportés et analysés – la manière dont une identité collective se construit ou se reconstruit après le désastre. Un livre beau pour son contenu autant que pour sa forme (papier épais, photos vraiment sensibles) et qui réussit de pari d’expliquer sans rien perdre de l’émotion dans laquelle nous nous trouvons encore tous quand nous pensons aux « évènements de 2015 ».

Sarah Gensburger, Mémoire vive, Chroniques d’un quartier, Bataclan 2015-2016, Anamosa, 256 p., 100 photos, 2.90 euros. Sortie le 5 janvier 2017.
Visuel : couverture du livre