« Freud à Jerusalem » de Eran Rolnik

27 février 2017 Par
David Rofé-Sarfati
| 0 commentaires

Freud à Jérusalem, le livre de Eran Rolnik psychiatre, psychanalyste n’est pas une chronique d’un voyage qui n’a jamais eu lieu de Freud à Jérusalem, mais l’histoire du mouvement analytique et de l’intégration du freudisme dans le corpus politique en Palestine d’abord au sein des premiers kibboutz et implantations puis en Israël.

17022460_1412177718823437_7129611977296333271_nOn y découvre que la psychanalyse est intégrée très tôt dans l’enseignement des premiers sionistes, malgré Freud. On y découvre un Eitingon proche de Freud et nous suivons ses allers-retours entre la Mitteleuropa et la Palestine pour implanter la psychanalyse et faire reconnaître la Société psychanalytique de Palestine par International Psychoanalytical Association IPA.
L’auteur tente un rapprochement entre sionisme, socialisme et psychanalyse, trois inventions juives investies dans une même utopie à régler le problème pathologique de l’âme juive et politique du peuple juif au début de ce 20e siècle qui inventera la solution finale. Il nous raconte les échanges complexes entre la psychanalyse comme un individualisme et le sionisme comme un collectivisme, avec en filigrane le projet universel de Freud.
L’ouvrage est truffé d’anecdotes comme la querelle entre Freud et le rabbin Bloch, ou la psychanalyse du rav Kook ou encore les professeurs arabes découvrant Freud grâce aux traductions en hébreu. Truffé aussi de portraits d’hommes et de femmes, le livre de Rolnik donne à voir sous un angle nouveau l’enthousiasme naïf mais si contributif des premiers sionistes, et ce qui indexe aujourd’hui la clinique en Israël.
Cet ouvrage séduira non seulement les passionnés de psychanalyse, mais aussi les passionnés d’histoire tant ces chroniques d’Israël d’avant 1947 sont analogiques de notre histoire et de nos aspirations pour un universel contrariées par des revendications identitaires. Et le récit du parcours de Eitingon qui adolescent est surnommé Oblomov, le héros pusillanime et mélancolique de Gontcharov et qui deviendra l’architecte de la psychanalyse israélienne constitue à lui seul un enthousiasmant plaisir de lecture.

Eran Rolnik
Freud à Jérusalem : la psychanalyse face au sionisme
Traduit de l’anglais par Gilles Rozier
24,50 €