[Sortie dvd] “Un vrai faussaire”, un documentaire délicieusement hors la loi

1 décembre 2016 Par Yaël | 0 commentaires

Centré sur la figure irrésistible de Guy Ribes, faussaire qui a inondé le marché de l’art de faux tableaux des grands maîtres modernes pendant 30 ans, le documentaire de Jean-Luc Léon est un petit bijou d’humour, de malice et d’originalité. A découvrir en dvd chez Pretty Pictures dès le 6 décembre 2016.

 


faussaireNé dans une famille très modeste, grandi dans une maison close, Guy Ribes apprend sur le tas l’art de la peinture : auprès d’un père jésuite puis dans un atelier de soierie lyonnais. Excellent dans le pastiche, il ne copie pas les toiles des grands maîtres mais peint « à la manière de ». Alors qu’un ami le met en contact avec un galeriste qui commence à vendre ses tableaux au prix des « vrais », le faussaire peaufine son art qui va au-delà du trait de crayon : cadre et poussière d’époque sont de mise pour finir de convaincre les experts que telle et telle œuvre doit rejoindre le catalogue raisonné… Léger, Chagall, Picasso, Matisse, il sait tous leur ajouter quelques toiles, prises d’assauts sur un marché qui ne cesse de grimper. En 2005, c’est près d’une centaine de toiles qui sont prises au domiciles de Ribes, qui écope de 3 ans de prison (dont un an ferme)…

C’est donc au tribunal de Creil que commence le film, là où les tableaux magnifiquement faux de Ribes servent pièces à conviction. Le gardien ne sait pas toujours les reconnaître, mais le jeu sympathique et pédagogique de la caméra donne le « la » d’un film divinement orginal et plein d’humour. Comment ne pas tomber en sypathie devant la gouaille, le franc-parler et l’expertise de Guy Ribes ? Truculent, hâbleur et d’une vivacité folle sous ses airs de papy tranquille, le faussaire a la séduction puissante. Jean-Luc Léon joue de son charisme avec génie, mais n’oublie pas non plus, par petits touches légères et jamais envahissante, de brosser par la marge un portrait du marché de l’art aujourd’hui. Galeristes, maisons de ventes et autres courtiers policés prennent un relief intéressant dans les mots et l’inventivité du « Vrai faussaire ». Jouant de l’ombre, de la lumière et des la beauté des formes « fausses » mais tellement puissantes imprimées par Ribes, le documentaire nous présente par son pinceau en action, des œuvres reconnaissables. Ainsi si l’on peut fausser des icônes qui nous ont façonnés, où chercher du « vrai » dans notre société spectaculairement visuelle et viscéralement évaluée par le marché ? En filigrane, le film pose toutes ces vraies-fausses questions en ayant l’intelligence de ne jamais y répondre. Un vrai bijou.

Un vrai faussaire de Jean-Luc Léon, documentaire, 88 min, Sortie dvd et vod Pretty Pictures, sortie le 6 décembre 2016, 16,35 euros.
Visuel : couverture du dvd et photos officielles.


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *