Kanak au musée du Quai Branly

17 octobre 2013 Par Sonia Hamdi | 0 commentaires

 

Si vous êtes ouverts au Monde, curieux de «décentrer votre regard», hâtez-vous à l’exposition «Kanak, l’Art est une parole». Le musée du Quai Branly, présente du 15 octobre 2013 au 26 janvier 2014 une exposition «où l’on montre maintenant de sublimes objets d’art qui furent d’abord effrayants et abominables; et comment, dans le mouvement de l’Histoire, le regard se construit».

Note de la rédaction :

Cinq visages et quatre Reflets: «Némée ma Komé»

Le parcours est rythmé par des chants rituels raisonnant doucement à travers les murs du musée. A travers les œuvres présentées, «le monde Kanak parle de lui-même, à la première personne» et non plus uniquement à travers le regard des ethnologues, explique Roger Boulay, l’un des commissaires de l’exposition, ethnologue spécialiste de l’aire océanienne. Le «eux» devient «nous».

L’exposition est construite autour de deux axes centraux, les «visages» et «reflets». Les visages, «Némée», renvoient au regard de ces tribus de Nouvelle-Calédonie sur leur propre Histoire. Ils représentent cinq thèmes essentiels de la culture Kanak, du poids des Ancêtres à l’importance du Verbe. Parmi les vingt-huit langues kanakes, un seul mot désigne la dualité du verbe et de la parole: « Nô ». Il donne vie aux êtres et aux choses. Les reflets, «Komé», constituent la représentation d’une vision occidentale du monde Kanak. Du regard des Lumières à la propagande de l’époque coloniale, en passant par la «description scientifique», la parole est donnée à l’Occident, ayant de cette civilisation une vision tantôt bienveillante, tantôt réductrice. Le reflet est bien évidemment en grande partie un reflet français et du colon, le « caillou » néocalédonien ayant constitué un territoire d’acculturation parfois très violente de la part des français. Une enclave dans l’exposition est d’ailleurs consacrée à la manière dont les cultures kanakes étaient présentées lors de l’Exposition universelle de Paris en 1889. Le regard se voulait scientifique, parfait reflet du racialisme scientifique omniprésent de la fin du XIXe siècle et dont la République elle-même avait difficulté à se départir…

L’Art est une Parole ; la musique Kanake

«Au début de toute civilisation, était la parole». C’est l’avis de Paul Wamo, artiste kanak dont l’œuvre, empreinte de slam et de poésie. Celle-ci est également présentée à l’exposition, offrant un regard contemporain complémentaire et salutaire. Un documentaire intitulé «Paroles Kanak», présente un art musical, des mots qui transportent. Soyez attentifs à la puissance de ces poèmes : ils chantent l’importance de cette culture, la réappropriation d’une Histoire par un descendant. Selon lui, cela touche tout le monde, car «tout le monde vient de quelque part».

On ajoutera que la programmation d’accompagnement de l’exposition est une fois de plus au rendez-vous : «l’art est une parole» qui peut se transmettre à travers la musique et le théâtre Lévi-Strauss accueille durant l’exposition les performances d’artistes kanakes et néocalédoniens au travers d’un art vivant, mêlant scène musicale et art chorégraphique. Au programme notamment, le meilleur de la musique kanake avec K Muzik (les 19/10 et 20/10) ou encore une création du chorégraphe Sthan Kabar-Louet (les 26/10 et 27/10).

Visites guidées de l’exposition, afin de découvrir de manière approfondie la culture canaque, pour les petits et les grands:
- tous les samedis à 15h, tous publics (1h30)
- à 11h30, pendant les vacances de la Toussaint et durant les vacances de Noël: lundi 23, vendredi 27 et lundi 30/12/13, et mercredi 1er et vendredi 3/01/14


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laissez un commentaire: