Salma Hayek se livre sur sa relation avec Harvey Weinstein : « j’étais une chose, pas une personne, mais un corps. »

14 décembre 2017 Par
Stacie Arena
| 0 commentaires

Dans un témoignage glaçant paru le 14 décembre dans le New York Times, l’actrice Salma Hayek se livre sur son expérience douloureuse concernant le producteur hollywoodien Harvey Weinstein. Elle l’accuse notamment d’harcèlement sexuel. Un épisode qui aurait duré pendant de nombreuses années, avec lequel elle pensait « avoir fait la paix ».

salma_hayek_guadalajara_3

L’actrice mexico-libanaise de 51 ans reconnait avoir subi un véritable lavage de cerveau. « Harvey Weinstein était un cinéphile passionné, un preneur de risques, un protecteur du talent dans le cinéma, un père aimant… et un monstre » raconte t-elle dans le New-York Times. « Pendant des années, il était mon monstre » écrit la comédienne en guise d’introduction aux confessions édifiantes parues aujourd’hui.

Après avoir reconnu au producteur un sens inouï pour détecter de nouveaux talents, elle énumère péniblement la liste des « non » qu’elle a du prononcer face à celui qu’elle qualifie de monstre. « Non pour lui ouvrir la porte à toutes les heures de la nuit (…) Non pour prendre une douche avec lui. Non pour le laisser me regarder prendre une douche. Non pour le laisser me faire un massage. Non pour laisser un de ses amis, nu, me faire un massage. Non pour du sexe oral. Non. Non. Non. Non. Non ».

Au cours de cette interview, Salma Hayek mentionne également que Harvey Weinstein l’aurait menacée de la tuer dans un moment de colère noire. « À ses yeux, je n’étais pas une artiste. Je n’étais même pas une personne. J’étais une chose, pas une personne, mais un corps » confie t-elle.

Elle se souvient du tournage du film Frida en 2002, pendant lequel elle a dû se mettre à nu sous les yeux du producteur pour une scène lesbienne avec une autre actrice. « Pour la première et dernière fois de ma carrière, j’ai eu une crise de panique : mon corps a commencé à trembler de façon incontrôlable, mon souffle était court et j’ai commencé à pleurer et pleurer, incapable de m’arrêter.(…) c’était parce que j’étais nue avec elle, POUR Harvey Weinstein. Mais je ne pouvais pas le dire ».

L’actrice reconnait avoir continué à sourire au producteur lors de soirées mondaines, en essayant de se persuader que cette épreuve était une guerre, qu’elle avait fini par gagner. Salma Hayek conclut sur des paroles très fortes : « Les hommes ont harcelé sexuellement car ils le pouvaient. Les femmes parlent aujourd’hui, parce que, dans cette nouvelle ère, nous le pouvons. »

visuel : © Wikimedia Commons