Restaurants & Bars
« My dinner with André »…and Flora !

« My dinner with André »…and Flora !

12 novembre 2014 | PAR Sabina Rotbart

Pour affronter en pleine forme My dinner with André, adaptation théâtrale du film éponyme de Louis Malle, présenté au théâtre de la Bastille par les flamands tg STAN et de Koe, un prélude suffisamment roboratif s’impose. Car la pièce dure 3h30 sans entracte et présente un dîner de la façon la plus réaliste qui  soit. Avec, sur scène, un chef qui régale les comédiens. Un détour préalable vers une bonne table est donc conseillé, pour mourir de rire et non de faim. Pourquoi ne pas craquer pour « les heures joyeuses », l’apéritif dînatoire de l’Auberge Flora toute proche.

Ce dîner-là avec André date des années soixante-dix, on y parle de Nixon, des fortunes cookies, mais le propos n’a rien d’has been. Cette pièce délicieusement narquoise, plutôt irrévérencieuse à l’égard des figures du théâtre d’alors, Stanislavski ou même Brecht, présente la rencontre, dans un restaurant chic new yorkais, d’un riche metteur en scène de théâtre et de son vieil ami, un auteur sans le sou. Deux ennemis intimes plutôt, qui parlent du théâtre. Tout les oppose, quête d’idéal un peu new age chez l’un, goût pour un quotidien un rien cosy, chez l’autre. Le dilemme n’est plus être ou ne pas être mais avoir ou ne pas avoir une couverture chauffante dans une chambre glaciale ! Les deux comédiens sont irrésistibles, l’un jouant et l’autre déjouant les ressorts de la farce narcissique. Le propos reste donc des plus contemporains, du Rabelais 2.0 en somme.

tapas de l'Auberge Flora

Auparavant nous sommes allés picorer à l’Auberge de Flora voisine, qui propose entre 18 et 20 h la formule « les heures joyeuses ». Non il ne s’agit pas d’une déclinaison de l’Heure joyeuse, la première bibliothèque pour enfant créée en France après-guerre, mais d’une poétique happy hour lancée par Flora Mikula, cette charmante chef à la cuisine d’inspiration provençale. Les heures joyeuses donc, c’est une formule à 35 euros pour deux personnes qui permet de goûter l’arbre à tapas, une pyramide de petits plats provençaux, accompagnés d’une bonne bouteille, un Languedoc pour l’occasion. La terrine de lapin au citron confit était suave, comme les petits légumes de Joel Thibault, le maraicher des chefs parisiens. Idem pour le pot de chèvre frais à la menthe ou le guacamole léger comme jamais. Tout cela accompagné de généreuses tartines d’un pain noir fait maison à la purée d’olive, d’une mâche onctueuse. Je dois dire que nous avons craqué et ajouté un sublime soufflé à la mandarine pour ponctuer le tout et satisfaire nos bouches sucrées. Nous étions parés pour le théâtre de la Bastille, deux coins de rue plus loin.


Théâtre de la Bastille
: My dinner with André, jusqu’au 14 novembre, 76 rue de la Roquette, 75011. Tel : 01.43.57.42.14

Auberge de Flora : 44 boulevard Richard Lenoir 75011, tel : 01.47.00.52.77 35 euros pour deux aux heures joyeuses, desserts de 7 à 10 euros. www.aubergeflora.fr

Infos pratiques

A la folie théâtre
Théâtre Italique
theatre_de_la_bastille

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture