Mode

Vide-dressing géant de Violette Sauvage vendredi 3 février à 18 h !

03 février 2012 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Après le vide-grenier, le vide-dressing, c’est à dire une version plus mode et plus branchée du premier. On ne se débarrasse plus de ses vieilles fringues en vrac à côtés des bibelots de mamie, on vide proprement son placard de modeuse rempli de tenues hype qu’on ne met plus et on brade ses pièces de créateurs qui datent de la saison dernière. Le vide-dressing, organisé tous les mois par Violette Sauvage, est le bon plan mode du moment.

Des créateurs qui bradent leurs collections, une centaine de vendeurs et vendeuses qui vident leurs placards à prix minis,  un « Coaching talons »  : l’art ou la manière de défiler sur le red carpet avec de hauts talons ou encore un bar à chignons,  voilà le programme du vide-dressing géant à ne pas manquer ce  soir. Toutes les styles, toutes les tailles, de Zara à Jean-Charles de Castelbajac, et de H&M à Maje, pour sûr, vous y trouverez votre bonheur ! Et en bonus, plein de surprises et de cadeaux.

A l’origine de ce super concept : Violette Sauvage, passionnée de débrouille, de mode et de vintage. Elle a bousculé les conventions en créant son association, dont le but est la démocratisation et la promotion d’une certaine éthique écologique, d’une consommation responsable et de la conservation du patrimoine dans le domaine de la mode.

Nous avions rencontré la jeune femme en février dernier, qui nous expliquait à l’époque : « Je suis née sur les marchés. J’ai toujours été émue par les antiquités, la mode vintage et plus particulièrement par le concept de « petits riens qui se transforment en trésor ». Plus qu’une passion, pour moi c’est une conviction: j’ai abandonné l’entreprise que j’avais créé à 21 ans et avec laquelle je gagnais confortablement ma vie pour faire du vintage mon métier. (…) Je me suis spécialisée peu à peu dans la mode vintage pour mon plaisir personnel. Aujourd’hui, bien que je fasse toujours du personal-shopping rétro, j’ai considérablement élargi mes horizons puisque le vintage représente 10% de l’offre présentée dans mes évènements phares : les vide-dressing. »

A notre question sur l’origine de ce nouveau concept, elle répondait : « En tant que consommatrice j’avais envie d’un lieu, d’une forme de shopping qui soit vraiment un bon plan, qui soit convivial, un multi-marque de la seconde-main, avec des créations sympas et abordables. Et qui fasse écho à mes convictions écologiques : c’est une façon de recycler glamour! »

 

 

 

 

 

Photo à la une : (c) Violette Sauvage

 

Interview : Tender Forever, « Une spontanéité qui me tient à cœur… »
Nouveau concert : Julien Calot le 4 février au Théâtre de la Reine Blanche
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *