Théâtre

« Voltaire Rousseau » au théâtre de Poche-Montparnasse

« Voltaire Rousseau » au théâtre de Poche-Montparnasse

19 juin 2014 | PAR Carlos Dominguez-Lloret

La pièce de théâtre Voltaire Rousseau de Jean-François Prévand a été créée en 1991. L’oeuvre a été aussi jouée pendant cinq saisons à Paris: au Théâtre La Bruyère, à la Gaîté Montparnasse, à la Comédie de Paris et au Théâtre de l’Oeuvre. Aujourd’hui l’oeuvre est reprise par les mêmes comédiens (Jean-Paul Farré et Jean-Luc Moreau) et par les mêmes metteurs en scène (Jean-Luc Moreau et Jean-François Prévand). Plusieurs sont les raisons qui ont mené la troupe à reprendre cette aventure dramatique, et surtout philosophique.

Prévand et Moreau ont expliqué que aujourd’hui, vingt-trois ans après, les deux comédiens ont l’âge des personnages. Ils ont voulu mettre leur vécu au service de leur jeu d’acteurs; puis, ils ont été convaincus que la pensée géniale et visionnaire de Voltaire et de Rousseau permet un approfondissement des enjeux qui se révèlent d’une actualité étonnante. Enfin, les deux metteurs en scène ont affirmé que la proposition de Philippe Tesson de mettre a leur disposition le Théâtre de Poche-Montparnasse, a été l’occasion de réaliser un spectacle épuré, qui repose essentiellement sur des acteurs et un texte. Le décor ne consiste qu’en quelques tabourets et un bureau sur lequel est posé un buste de Voltaire. Décor simple, mais qui ne nous détourne pas de la puissance de la représentation de Farré et de Moreau. Le costume de Farré est contemporain et celui de Moureau est le costume typique Armenian que Rousseau porta en 1766 lors de son arrivée en Angleterre.

Voltaire Rousseau est un huis clos ayant lieu à Ferney, dans la propriété aimée de Voltaire, mitoyenne de Genève. Expulsé de la Suisse, Rousseau  frappa à la porte de l’auteur de Candide avec le propos de mener une enquête sur l’auteur anonyme d’un pamphlet, Sentiment des citoyens, adressé contre lui.

La situation de départ a été imaginée par Prévand, mais c’est vrai que le document a été publié par Voltaire, sous l’anonymat, à Genève fin 1764. En s’appuyant sur cette idée d’enquête policière menée par Rousseau, l’auteur de l’oeuvre a imaginé une rencontre fictive entre ces deux philosophes. La rencontre n’a jamais eu lieu, mais les idées philosophiques, au cœur de l’affrontement idéologique incarné par Farré et Moreau, sont bien réelles. Les termes de la dispute qui est représentée sur les planches du Poche-Montparnasse sont empruntés à leurs ouvrages philosophiques. 

La pièce commence par la visite que Rousseau, malade et délirant, rend à Voltaire afin de découvrir l’auteur de ce manuscrit odieux. Ce pamphlet représenta une accusation contre l’auteur d’Emile pour avoir abandonné ses cinq enfants à la porte d’un hôpital. Le manuscrit l’ accusa aussi d’être chrétien mais de vouloir détruire le christianisme, de blasphémateur et de traître; puis, l’auteur anonyme ajouta que « ne suffit pas de brûler les livres de ce monsieur, il faudrait brûler l’auteur ». Sous l’effet toxique de ces mots, Voltaire et Rousseau entament une longue discussion sur plusieurs sujets d’ordre philosophique, sur leur vision du monde et sur le style de vie que chacun mène à cette période de leurs vies.

Voltaire Rousseau nous met devant le jaillissement gestuel et articulé de la pensée des deux philosophes. Dans la même chambre, leurs idées  s’opposent comme des ennemis jurés, cependant, dans le cœur du spectateur, elles se complètent tels que l’ombre et la lumière. Les deux acteurs assurent dans leurs rôles et représentent magistralement les deux philosophes des lumières dans une pièce de théâtre qui vaut le coup d’être vue. Malgré le temps passé, la pensée de Voltaire et de Rousseau reste actuelle et universelle et cela est une bonne raison pour revisiter l’esprit foudroyant de ces deux hommes de lettres.

  Visuels © Brigitte Enguerand

Infos pratiques

Cité de l’Architecture et du Patrimoine
Flaq
Billetterie du Poche-Cedric

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *