Théâtre

Une « Etreinte » douce et forte, la marionnette comme un dessin [Chalon Dans La Rue]

Une « Etreinte » douce et forte, la marionnette comme un dessin [Chalon Dans La Rue]

21 juillet 2017 | PAR Mathieu Dochtermann

Quand un spectacle de marionnettes se donne l’ambition de s’inspirer d’Egon Schiele, on peut s’attendre au meilleur comme au pire, mais c’est un pas dans la meilleure des directions qu’esquisse ici la Compagnie Mue. Esthétique, solennel, poignant, L’Etreinte vaut nettement le détour, ne serait-ce que pour la beauté de ses marionnettes.

[rating=5]

L’Etreinte est un court (25mn) spectacle de marionnettes à fils, accompagné à la clarinette, qui raconte avec élégance et sensibilité la rencontre et le désir de deux êtres.

Les deux personnages, inspirés des dessins d’Egon Schiele, s’éveillent tour à tour d’une longue torpeur – l’inanimé s’anime, lentement, comme si les notes jouées lui insufflait la vie. Cette histoire muette a l’élégance de la simplicité : deux personnages se cherchent, maladroits, se frôlent, d’abord timides puis décidés.

Ce spectacle est fort de trois atouts. Les marionnettes, en elles-mêmes, qui sont ici de très beaux objets, fragiles au point d’être émouvants, graciles autant que délicats. Leur manipulation est extrêmement fine et inspirée, avec des mouvements millimètrés, sans lesquels la poésie ne naîtrait sans doute pas. La musique, enfin, les notes tantôt rondes et tantôt heurtées du clarinettiste offrant une très belle densité émotionnelle pour compléter les tableaux visuels.

Un spectacle simple, sans prétentions, mais qui atteint le beau et le poétique, presque sans en avoir l’air. Une jolie réuisste.

Au Square Chabas à 15h30 et 17h30.

Les Grands, la crise d’ado de Fanny de Chaillé au Festival d’Avignon
Compagnie ADHOK : quatre pièces, deux générations, un grand moment
Mathieu Dochtermann
Passionné de spectacle vivant, sous toutes ses formes, des théâtres de marionnettes en particulier, du cirque et des arts de la rue également, et du théâtre de comédiens encore, malgré tout. Pratique le clown, un peu, le conte, encore plus, le théâtre, toujours, le rire, souvent. Critère central d'un bon spectacle: celui qui émeut, qui touche la chose sensible au fond de la poitrine. Le reste, c'est du bavardage. Facebook: https://www.facebook.com/matdochtermann

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *