Théâtre

Le très émouvant Tous des Oiseaux de Wajdi Mouawad à la Colline.

Le très émouvant Tous des Oiseaux de Wajdi Mouawad à la Colline.

14 décembre 2017 | PAR David Rofé-Sarfati

C’est debout, sourire aux lèvres et larmes aux yeux que le public applaudit à tout rompre à la fin des quatre heures du nouveau spectacle d’une ultra-humanité du directeur de la Colline;

Tout part de clichés….

La pièce est interprétée en anglais, allemand, hébreu et arabe. Elle a reçu le soutien des services culturels de l’Ambassade d’Israël en France et du théâtre Kameri de Tel-Aviv. Tous des oiseaux a pour source la rencontre entre un auteur québécois d’origine libanaise vivant en France et une historienne juive ayant contribué à faire connaître un diplomate musulman qui fut converti de force au christianisme et qui permit à tout un continent de découvrir la vision qu’un Africain avait de son pays natal.

Deux étudiants tombent amoureux dans une bibliothèque universitaire. L’un, Eitan est un Juif d’origine allemande; l’autre Wahilda est une très jolie jeune femme arabe. Ensemble ils partent en Israël vers la recherche des racines d’Eitan. Ils y  rencontrent Leah, la grand-mère qui semble détenir les secrets de famille. Eitan victime d’un attentat suicide est hospitalisé. Sa famille débarque de Berlin et découvre sa liaison avec la jeune fille arabe. Alors, Eitan se retrouve broyé entre l’intransigeance d’un père, la méchanceté mais la clairvoyance d’une grand-mère et l’optimisme contraint d’une mère traumatisée par son enfance passée en Allemagne de l’Est. L’occasion pour  le libano-canadien Wajdi Mouawad de se situer dans la peau de l’ennemi, de questionner la géopolitique complexe de celte région du monde et de brasser la notion d’un autre si diffèrent et si semblable, de verbaliser une rencontre de l’idée absolue de l’autre.

La scénographie esthétique et épurée fait jouer au fil des tableaux des parois en mouvement. Plus minimaliste qu’à son habitude Wajdi Mouawad rappelle Stéphane Braunschweig, l’ancien directeur du lieu.

…pour créer bien autre chose.

Wadji Mawouad invente peu en racontant ce père s’opposant à l’histoire d’amour de son fils alors qu’il se croit Juif et qu’il va découvrir qu’il fut un enfant arabe secrètement adopté. On pourrait aussi lui reprocher de donner à cette famille Juive l’Allemand comme langue dominante, résidu certainement d’une croyance du monde arabe qui ne voit les israéliens que comme des Juifs rescapés. On pourra aussi lui donner créance d’asséner que le trauma de la Shoah ne peut se transmettre par les gênes, alors même qu’aujourd’hui l’épigénétique enseigne le contraire. Peu importe cette succession de lieux communs car la pièce prend appui sur ces clichés pour déclencher l’embrasement de toute conviction. Pour mettre en pièces l’assignation à son origine. A partir du conte pour enfants de l’oiseau amphibie, l’histoire d’un oiseau qui part au péril de sa vie rencontrer les poissons et à qui il pousse des branchies, Wadji Mawouad dans un geste d’une humanité rare tord le coup à toutes les identités nationales peureuses et à tous les communautarismes belliqueux en posant le caractère pluriel de nos existences. Par cette grâce et le talent des comédiens discourant dans plusieurs langues,  son geste  nous empoigne et nous bouleverse.

Le spectacle aura signé l’année théâtrale 2017.

 

Texte et mise en scène Wajdi Mouawad

avec
Jalal Altawil Wazzan
Jérémie Galiana Eitan
Victor de Oliveira le serveur, le rabbin, le médecin… Leora Rivlin Leah
Judith Rosmair Norah
Darya Sheizaf Eden, l’infirmière
Rafael Tabor Etgar
Raphael Weinstock David
Souheila Yacoub Wahida

assistanat à la mise en scène Valérie Nègre dramaturgie Charlotte Farcet
conseil artistique François Ismert
conseil historique Natalie Zemon Davis musique originale Eleni Karaindrou scénographie Emmanuel Clolus

lumières Éric Champoux
son Michel Maurer
costumes Emmanuelle Thomas assistée d’Isabelle FLosi
maquillage, coiffure Cécile Kretschmar traduction hébreu Eli Bijaoui

traduction anglais Linda Gaboriau traduction allemand Uli Menke traduction arabe Jalal Altawil

Tricky est de retour en France
Gagnez 3×2 entrées pour l’exposition Pasteur, l’expérimentateur au Palais de la découverte.
David Rofé-Sarfati
David Rofé-Sarfati est Psychanalyste, membre praticien d'Espace Analytique. Il se passionne pour le théâtre et anime un collectif de psychanalystes autour de l'art dramatique www.LautreScene.org. Il est membre de l'APCTMD, association de la Critique, collège Théâtre.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *