Théâtre

Le Soliloque de Grimm à l’Essaïon, indispensable

Le Soliloque de Grimm à l’Essaïon, indispensable

22 novembre 2017 | PAR David Rofé-Sarfati

Le Soliloque de Grimm pointe sa lumière sur la vie chaotique et rude d’un clochard, à la rue depuis 3 ans, d’un sans-abri imbibé de belles paroles et de mauvais alcool. Aujourd’hui est un jour spécial, c’est son anniversaire. Fred Saurel interprète le clochard et le rôle lui sied comme un gant.

La pièce impossible.

Que l’on se rende au spectacle en métro, en taxi ou à pied, nous croiserons un ou plusieurs sans-abri allongés à même le trottoir et nous tournerons la tête, pour ne pas voir la détresse, la saleté, la décrépitude, pour ne pas nous alourdir des images de la décadence. Aussi, les raisons nous manquent d’assister au théâtre à un spectacle que nous fuyons dans la réalité. D’autant que le Soliloque de Grimm ne nous préserve de rien ; le personnage boit jusqu’à un « plus soif » qui n’arrive jamais, défèque, urine sur scène; d’autant que la petite salle de l’Essaïon crée une proximité avec la misère que nous avions refusée dehors. Sauf que cette pièce impossible est un objet littéraire puissant et que l’interprétation solide de Fred Saurel fait chuter nos dernières défenses.

La disparition de « l’autre ».

Tout commence par le réveil au son d’une musique rock. Fred sort de sa tente Quechua pour une nouvelle journée, celle de son anniversaire, celle des souvenirs ressassés, les souvenirs de son bonheur perdu, et de ses échecs ; au point central la chronique sans complaisance de sa pente vers l’alcoolisme et vers une séparation amoureuse. Par petites touches alternativement cruellement réalistes, ou poétiques mais délirantes, il va peindre devant nous son ancienne vie, et l’actuelle. Il va nous raconter le froid, la faim, la soif, l’absolue désespérance. Le dégoût ne nous quittera jamais, de cet homme qui ferait son affaire de cette cour des miracles où l’on vit au jour le jour. Mais quelque chose se passe entre le comédien et nous. Au sein de ce renoncement radical émergent par le talent bluffant de Fred Saurel une pensée et avec elle une humanité. Nous saisissons ce qui fabrique un clochard après son aller sans retour vers un monde parallèle où l’autre humain a disparu. Hors du regard du monde, il perd tout projet de vie. La pièce devient de surcroît un objet militant. Elle est indispensable pour cela.

 

 

Le Soliloque de Grimm
Auteur : Bruno George
Artistes : Fred Saurel
Metteur en scène : Jean-Philippe Azéma

Durée : 1h10
Théâtre Essaion
6 rue Pierre au Lard
75004   Paris

Jeudi Vendredi Samedi à 21H30.

Infos pratiques

Théâtre Daunou
Essaion Théâtre
theatre_essaion

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *