Théâtre

Avignon OFF, le retour de la récré au Gilgamesh Belleville avec le souriant Les imposteurs

Avignon OFF, le retour de la récré au Gilgamesh Belleville avec le souriant Les imposteurs

04 juillet 2019 | PAR David Rofé-Sarfati

Alexandre Koutchevsky a imaginé avec Isabelle Ronayette et Régis Laroche, deux artistes associés du NEST, un spectacle jouable en milieu scolaire. Jean Boillot installe le geste au OFF 2019.

Dans ce qui pourrait être une salle de classe, le public est installé devant un video-projecteur. Une photo de classe apparait à l’écran. C’est la classe 1987 de Isabelle Ronayette et de Régis Laroche, tous les deux assis parmi nous. Il n’y a pas de plateau à proprement parler sauf que très vite la performance des deux comédiens va faire émerger sous nos pieds le plateau d’une pièce dont nous devenons spectateurs, acteurs et complices. Le dispositif est puissant et la photo de classe convoque en nos pensées nos propres photos de classe.

La discussion et l’échange de souvenirs entre les deux personnages forment une leçon de théâtre et d’acting. Et forment aussi une émouvante prouesse cathartique sur l’enfance, ses traumas et ses vertus. Isabelle Ronayette s’adresse à une spectatrice et avec malice lui explique: mon personnage ne savait pas que j’allais vous parler mais la comédienne que je suis le savait, elle connait son texte, mais je ne savais pas que ce serait vous ! En un geste toute le théâtre est résumé. Comme l’écrivait déjà Jouvet, le théâtre n’est qu’un mensonge consenti par les comédiens et le public tandis que  le texte est la seule vérité. Face à ce mensonge renouvelé à chaque représentation,  le public compte puisque aucune représentation ne connait le même public. La spectatrice amusée adopte un large sourire, se penche sur son sac à main laissé à terre, en sort un éventail, l’ambiance s’échauffe.

Le spectacle solide tient sur ce trait. Nous partageons les interrogations des deux comédiens sur le théâtre, sur la nostalgie et sur la puissance opérante de nos adolescences sur nos esprits. 

Le théâtre car on y joue aux enfants avec le sérieux des adultes est-il l’antidote à l’assassinat d’une enfance trop vite enterrée mais à préserver? 

Isabelle Ronayette, Régis Laroche et Jean Boillot répondent à cette question dans ce spectacle à la fois intimiste et participatif.  La pièce est un véritable moment de bonheur, une récréation offerte à nos âmes trop adultes. La fin que l’on ne spoilera pas est bouleversante.

 

 

Les Imposteurs 

texte Alexandre Koutchevsky mise en scène Jean Boillot

 

Crédits Photos Eric Chenal

 

11 Gilgamesh Belleville

à 10H45

Durée 1H15

Infos pratiques

Musée d’art moderne de Troyes
Cité du vin
David Rofé-Sarfati
David Rofé-Sarfati est Psychanalyste, membre praticien d'Espace Analytique. Il se passionne pour le théâtre et anime un collectif de psychanalystes autour de l'art dramatique www.LautreScene.org. Il est membre de l'APCTMD, association de la Critique, collège Théâtre.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *