Théâtre
Pierre et Jean de Maupassant sous les spots du Lucernaire

Pierre et Jean de Maupassant sous les spots du Lucernaire

08 avril 2013 | PAR Camille Hispard

Une histoire de frères déchirante sur fond de drame familial revisitée avec talent à travers une mise en scène ingénieuse et soignée et surtout une performance d’acteurs remarquable.

Pierre et Jean sont frères : l’un brun et médecin, l’aîné de la famille et l’autre blond et avocat. Deux caractères opposés sur le fil d’une rivalité naissante. Installés tous deux au Havre avec leur famille, les frères Roland voient leur vie bouleversée par l’héritage d’un vieil ami de leurs parents : Léon Maréchal. Ce dernier a décidé de léguer toute sa fortune à un seul des frères, en l’occurrence Jean. La nouvelle est un réel électrochoc pour Pierre qui ne comprend pas pourquoi l’homme défunt à choisi son frère, qu’il connait tout autant que lui. Jean qui a toujours été différent de lui, tant moralement que physiquement. Le frère aîné se met peu à peu à douter des relations que Léon Maréchal entretenait avec sa mère. Un pavé jeté à la face de cette famille bourgeoise sans histoire. Le père, joyeux goguenard un peu simplet ne perçoit rien et se réjouit simplement pour son fils, ne voyant jamais venir  la tromperie.

Un drame familial dont le propos est d’une violence inouïe, d’autant que Pierre va devoir se sacrifier pour conserver le secret de sa mère, lui, le fils légitime. Il doit s’effacer face à Jean, l’illégitime, qui voit son petit univers parfait s’écrouler face à ces révélations. Le déchirement d’une tribu et le déracinement d’une identité sont au coeur de cette oeuvre bien connue de Maupassant. Un tel roman tant dans son classicisme que dans son écriture, n’est pas facile à mettre en scène.

L’essai est pourtant transformé largement par la talentueuse troupe dirigée par Vica Zagreba. La petite scène du Lucernaire est pleinement investie à travers une scénographie audacieuse et léchée. Les lumières créent des tableaux artistiques et habités en occupant en permanence l’espace. Des flashs de vie entrecoupés de noir, des ambiances tantôt angoissantes tantôt poétiques et joyeuses : chaque spot instaure une ambiance d’une finesse absolue. La pièce est nourrie de déplacements cadencés quasi chorégraphiés.

Les acteurs déroulent une partition précise où fusent des jeux de voix en harmonie ou en flots décalés qui surgissent comme la pensée brûlante des deux frères. Une des audaces vraiment brillante de la mise en scène, réside dans le personnage d’un narrateur omniscient. Sorte de Jiminy Cricket, il incarne la conscience de la pièce. Interprété magistralement par Sébastien Rajon, il se transforme par moment en marionnettiste des personnages du roman, se jouant avec facétie et subtilité de leur sort. Un protagoniste clé de cette pièce qui ajoute un angle singulier à la mise en scène et qui met en abyme le roman.

Une pièce très esthétique qui dépoussière complètement le récit de Maupassant tout en restant très fidèle à l’oeuvre. Une fable moderne indémodable servie ici par une troupe de comédiens et une mise en scène qui tiennent du génie. Six interprètes en scène revêtant les peaux des acteurs de cette histoire, se changeant, se mouvant dans un décor mobile pour offrir une adaptation singulière qui nous enchante. Le tout enrobé d’une atmosphère Belle Epoque comme une bulle de liberté.

Pierre et Jean, de Vica Zagreba, avec Vahid Abay Régis Bocquet, Guillaume Bienvenu en alternance avec Nicolas Martzel, Franka Hoareau, Laure Portier et Sébastien Rajon au Théâtre du Lucernaire.

 Visuel (c) : Photos Fabrice Dimier.

Infos pratiques

Odéon Théâtre de l’Europe
Les Gémeaux
theatre_du_lucernaire

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *