Théâtre
Les étudiants de l’EPSAD s’essaient à Macbeth au Théâtre du Nord

Les étudiants de l’EPSAD s’essaient à Macbeth au Théâtre du Nord

29 octobre 2013 | PAR Audrey Chaix

Pour son premier spectacle avant sa rentrée à proprement parler, qui aura lieu le 8 novembre avec Les Particules Elémentaires, le Théâtre du Nord offre à son public une proposition un peu différente : les étudiants de l’EPSAD, l’école professionnelle de théâtre rattachée à la structure, ouvrent leur atelier de travail autour de Macbeth de Shakespeare, dans un travail qui est d’abord destiné à leur apprendre à porter la voix sur un plateau. Dans une traduction – remarquable – de Stuart Seide, les 14 jeunes de la promotion 4 se frottent à la langue, à la dramaturgie du Barde, sous la direction de leur professeur.

S’il y a encore du travail – et c’est bien normal, cela ne fait qu’un an qu’ils suivent les cours de l’EPSAD ! les 14 étudiants présentent un atelier étonnamment abouti. Certains n’ont pas encore acquis la clarté de diction nécessaire dans une salle de théâtre, et l’on ne comprend pas toujours les mots prononcés. D’autres ne parviennent pas encore à aller chercher leur voix au fond de leur poitrine et la sortent encore un peu haut au niveau de la gorge : gageons que le temps les aidera à améliorer ces aspects, d’autant plus que ce type d’exercice est justement là pour leur faire prendre conscience de la difficulté d’assumer sa présence sur le plateau.

D’autant plus que la mise en scène pensée par Stuart Seide leur offre une belle partition sur laquelle faire leurs premières gammes. Réduite à sept séquences qui forment le noyau dur de la pièce écossaise, Macbeth apparaît limpide de clarté et de fluidité. De la rencontre initiale avec les sorcières à la mort de Macbeth, l’heure et quarante minutes que dure la représentation passent rapidement. Seide propose une belle image finale à son public : en faisant revenir les sorcières sur scène pour une ultime danse, il termine la pièce sur un sentiment de boucle, comme le symbole d’une transmission qui perdurera à l’EPSAD, école qu’il a fondée lui-même, après son départ en décembre prochain.

Une bien belle façon de présenter les 14 nouveaux visages de l’EPSAD, tout en tirant sa révérence devant son public. Un beau résumé de la pédagogie par Stuart Seide.

Photo : Simon Gosselin

 

Infos pratiques

Théâtre de la Paillette
Théâtre Saint Médard
theatre_du_nord

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *