Théâtre

« Le 20 Novembre » de Lars Noren, un seul en scène rythmé d’une cruelle actualité à La Flèche

« Le 20 Novembre » de Lars Noren, un seul en scène rythmé d’une cruelle actualité à La Flèche

12 octobre 2019 | PAR David Rofé-Sarfati

Au théâtre de la flèche, Laurent Fresnais met en scène Cédric Welsch dans Le 20 Novembre, une pièce de Lars Noren sur l’exclusion sociale et sur les actes de brutalité qu’elle peut engendrer. Fidèle à l’auteur la pièce propose un théâtre dur et sans concession, social et émancipateur.

Avec Antoine Laëthier

– Quelques personnes exploitent le vide qui émerge dans le sillage de l’insécurité et l’utilisent comme forum pour la brutalité et les actes sans pitié. Elles expriment des idées de vengeance, condamnation, châtiment à vie, solutions radicales et antagonismes.  Nous voulons tenter de combattre une telle attitude pour que les gens se rencontrent sans barrières – de générations, de classes ou de cultures -, pour qu’ils remplissent leur vide avec du sens et fassent qu’on se regarde soi-même ainsi que les autres. Ainsi s’exprimait en 2003, Lars Noren, auteur suédois et grande figure du théâtre contemporain. À l’âge 20 ans il a connu l’enfermement en institution psychiatrique et son œuvre s’en ressent ; il n’a de cesse d’explorer les régions les plus obscures de la souffrance psychique de ses contemporains. Il se penche en particulier sur celle des fous, des paumés, des junkies, des marginaux… les rebus avant tout produit de nos sociétés occidentales :  vous êtes pas innocents, martèle le personnage de la pièce.

Le 20 novembre 2006, en Allemagne, un jeune homme âgé de 18 ans ouvre le feu sur les élèves et les professeurs de son ancienne école.  Une personnalité allemande, choquée, refuse de se contenter de l’incompréhension et du scandale, et veut faire appel à un auteur pour qu’il s’empare de la question : qui mieux que Lars Noren conviendrait à cette tâche ? Celui-ci récupère le journal intime et plusieurs vidéos laissées derrière lui par l’auteur du massacre, matériel à partir duquel il construit ce monologue. Fidèle à un souci de réalisme et d’objectivité quasi-clinique, l’auteur s’efface derrière le meurtrier dont le texte finit par se porter la voix. Et il propose à la scène une étrange et inquiétante tribune.

C’est sous le signe de la subtilité et de la sensibilité que la mise en scène de Laurent Fresnais s’empare de ce texte d’une rare violence.

La pièce, refuse d’aborder  son propos sous l’angle de la folie meurtrière;  elle en devient plus bouleversante et déstabilisante tandis que le meurtrier expose ses motifs dans une apparente lucidité. Plein de haine pour  cette société de consommation, il en dresse la critique pour se constituer comme une victime du système, défenseur de la liberté individuelle. Par sa sincérité, le personnage brave et inquiète notre jugement.

Insidieusement, sa diatribe pénètre dans la tête, le cœur, et les tripes, renversant les notions de bien et de mal, bouleversant les certitudes, et forçant l’introspection, indique Laurent Fresnais. La diatribe devient plus troublante; la mise en scène faisant apparaître une souffrance profonde. Une souffrance ni étalée, ni furieuse qui cherche à se construire en discours : – Si je ne parviens pas à donner du sens à la vie, alors j’en trouverai à la mort. En donnant corps à  la sensibilité du personnage et à sa quête de sens, Cédric Welsch nous permet d’accéder à son humanité.

Le texte se déploie pour devenir dérangeant. Il n’est suffisant de rejeter l’horreur ou de la juger mais urgent de la comprendre. Il aura fallu beaucoup de courage ( et d’abnégation ! ) pour soutenir ce seul en scène, tant le personnage contient haine et violence insidieuse. Mais Laurent Fresnais et Cédric Welsch on sû faire vivre ce personnage pour qu’il colle à la peau de l’acteur. Cédric Welsch, parfaitement dirigé, riche de son physique de dur masque une certaine douceur; il est parfait dans ce rôle, osant se laisser envahir par l’affreuse logique pour nous faire entendre un puissant cri de détresse.

 

Le 20 Novembre

Auteur : Lars Norén
Artiste : Cédric Welsch
Metteur en scène : Laurent Fresnais

Tous les vendredis jusqu’au 29 novembre

Durée : 1H10.

La Flèche
77 rue de Charonne, 75011 Paris

Lien de réservation

crédit photo © Marie Charbonnier

Infos pratiques

Coeur de pirate reprend « Femme Like You » de K-Maro (clip)
Jeunesse, mise en scène par Sevkett, avec Jeanne Guittet et Max Millet
David Rofé-Sarfati
David Rofé-Sarfati est Psychanalyste, membre praticien d'Espace Analytique. Il se passionne pour le théâtre et anime un collectif de psychanalystes autour de l'art dramatique www.LautreScene.org. Il est membre de l'APCTMD, association de la Critique, collège Théâtre.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *