Théâtre
La Michodière nous invite à un « Dîner de Con »

La Michodière nous invite à un « Dîner de Con »

12 novembre 2014 | PAR Jean-Christophe Mary

Chaque semaine Pierre Brochant, éditeur parisien réputé et ses amis organisent un « dîner de cons ». Chacun invite à la table un « con », intarissable sur un sujet précis. Toute la soirée, les organisateurs se moquent des « cons » sans que ces derniers s’en rendent compte. Ce soir, Pierre Brochant dispose d’un « champion » en la personne de François Pignon. Manque de bol, un sévère tour de rein cloue l’éditeur sur son canapé alors que sa femme vient de le larguer. Arrive le « con » et toute une série de catastrophes…

Cette belle mécanique théâtrale créée en 1993 par Francis Veber interprétée par Jacques Villeret et Claude Brasseur puis adaptée au cinéma avec Jacques Villeret, Thierry Lhermitte et Daniel Prévost, est toujours aussi efficace qu’hilarante. On y retrouve avec bonheur l’éditeur parisien Pierre Brochant (José Paul) d’ordinaire « bourreau » cynique à l’ego démesuré devenir la « victime » complètement dépassé par les événements, le fonctionnaire du ministère des Finances François Pignon (Patrick Haudecoeur), naïf passionné de maquettes en allumettes enchaîner gaffes sur gaffes, la femme trompée qui trompe à son tour avec un publicitaire ringard, la maîtresse nymphomane et l’inspecteur des finances scrupuleux et sadique. Dès que François Pignon met le pied sur le plateau, tout vire à la catastrophe dans une succession de gags, plus drôles les uns que les autres.

L’histoire cruelle de ce vaudeville inspiré du français moyen des 70’s maintient la tension de bout en bout. La mise en scène, les entrées, les sorties, les quiproquos, réglés au millimètre vont aussi dans ce sens. Comment ne pas rire de voir Pignon assis dans un canapé trop grand pour lui, des mimiques de Patrick Haudecoeur en  homme à la naïveté enfantine, de José Paul en éditeur accablé, dépassé par les événements qui s’enchaînent à toute vitesse. C’est joué avec une telle précision et un tel sens de la dérision, on ne peut qu’en rire aux éclats. Une des scènes les plus drôles est certainement celle où Pignon se fait passer pour un producteur Belge. Patrick Haudecoeur y est vraiment hilarant, qui emporté par l’importance du rôle qu’il doit jouer, oublie totalement le but de son appel. Menés tambour battant, les dialogues savoureux sont bien sûr la clé de voûte de cette comédie : « On dirait un cheval de course qui a raté la haie ». La distribution est une merveille, les comédiens n’hésitant pas à en faire des tonnes, quitte à entrer parfois dans le registre du burlesque. Même si on garde en mémoire le trio Villeret Lhermitte Prévost, Patrick Haudecoeur et José Paul emportent notre conviction par la justesse et la tonicité de leur jeu. Mention spéciale à Grégoire Bonnet qui campe l’inspecteur des impôts sadique et grinçant Maintenant à vous de passer à table, durant une heure trente vous allez prendre crampes de rire sur crampes rire et vous aurez du mal à reprendre votre souffle.

UNE PIÈCE DE Francis VEBER

MISE EN SCÈNE Agnès BOURY

AVEC : PATRICK HAUDECOEUR, JOSE PAUL
GRÉGOIRE BONNET, PATRICK ZARD’, FLORENCE MAURY, ANNE-SOPHIE GERMANAZ STÉPHANE COTTIN
ASSISTANTE MISE EN SCÈNE VICTOIRE BERGER-PERRIN DÉCORS ÉDOUARD LAUG LUMIÈRES LAURENT BÉAL COSTUMES JULIETTE CHANAUD MUSIQUE FRANÇOIS PEYRONY

THÉÂTRE DE LA MICHODIÈRE
4 bis rue de la Michodière 75002 Paris
Métro !: Opéra / Quatre Septembre
Location !: 01 47 42 95 22
et www.michodiere.com
Du mardi au samedi  à 20h30
Le samedi à 17h et le dimanche à 15h
Tarifs !: de 13€ à 45€

Infos pratiques

Association Arsène
Studio Théâtre (STS)
theatre_de_la_michodiere

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture