Théâtre
« La maison d’à côté » : une pièce fine sur la démence portée par une magnifique Caroline Sihol

« La maison d’à côté » : une pièce fine sur la démence portée par une magnifique Caroline Sihol

05 février 2015 | PAR Yaël Hirsch

Succès off et on Broadway depuis 2011, La maison d’à côté (The Other place en VO) est une pièce de Sharr White que le Petit Saint-Martin amène au cœur de Paris. Malgré une construction en flash-back difficile à imposer sur une petite scène, l’originalité du projet brille grâce à des comédiens époustouflants.

[rating=3]

Juliana (Caroline Sihol) est une magnifique et brillante femme chercheuse de 52 ans qui a mis au point et vend avec talent auprès de médecins majoritairement masculins un nouveau médicament qui ralentit la dégénérescence des neurones responsable de la démence. Mais au milieu d’un congrès aux Iles Vierges, elle a l’hallucination d’une jeune-femme en bikini jaune dans son audience et s’effondre. Cette « aventure » lui laisse croire qu’elle a un cancer du cerveau et la ramène à « la maison d’à côté », propriété de Cape Cod, où, 10 ans plus tôt, sa fille alors adolescente a fait une fugue après avoir été découverte dans les bras de l’assistant bien plus âgé de Juliana…Et l’on apprend par son mari (Hervé Dubourjal, juste à chaque moment) que leur petite n’est jamais revenue…

Malgré le caractère un peu lourd du double drame : accident de santé / disparition d’un enfant et une construction en flash-back menus puis plus gros qui rendent difficile la montée en puissance de la tension, la maison d’à côté livre une situation intéressante et originale, ainsi que des personnages assez touchants qui sont magnifiquement portés par les 3 comédiens principaux (en médecin timide et jeune femme tendre et paumée Léna Bréban est aussi excellente). L’élégante mise en scène de Philippe Adrien fait évoluer un salon simple dans le temps et l’espace grâce à une magnifique projection vidéo signée Olivier Roset. On se concentre, on s’attendrit, on rit même, sur un terrain à la fois familier et étrangement inquiétant…

La maison d’à côté de Sharr White, mise en scène Philippe Adrien, avec Caroline Sihol, Hervé Dubourjal, Léna Bréban, Stéphane Comby, durée : 1h30.

visuels : (c) Petit Saint-Martin

Infos pratiques

Le Sémaphore – Théâtre d’Irigny
Cinéma Le Balzac
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

One thought on “« La maison d’à côté » : une pièce fine sur la démence portée par une magnifique Caroline Sihol”

Commentaire(s)

  • Fanny

    Bonjour,
    je pense qu’il y aune faute de frappe dans l’article sur la Maison d’à côté. »Une piece ininteressante et originale »… je pense que ce n’est pas ce que vous vouliez dire.
    D’avance merci
    Bien cordialement

    février 5, 2015 at 17 h 50 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture