Théâtre

« Jeux de planches » au Funambule Montmartre

« Jeux de planches » au Funambule Montmartre

25 février 2015 | PAR Prescillia Rodax

Dans une mise en scène inventive mais inégale, Alexandra Desloires et Sophie Imbeaux mettent en lumière toutes les subtiles contradictions qui entourent leur métier de comédienne. Une pièce contrastée, à la hauteur de leur passion dévorante pour le théâtre.

[rating=4]

147 c’est le nombre de jours que se sont données Sophie et Alexandra pour monter le spectacle Jeux de planches : une pièce qui parle avant tout de cette « passion dévorante des comédiens pour leur métier. » Évoquant tour à tour leurs relations houleuses avec le monde du spectacle et l’attraction irrépressible qui les lie à leur art, les deux baladines nous montrent l’envers du décor. Un point de vue atypique qui nous entraîne dans les coulisses de leur âme, à travers des sentiments souvent contradictoires et une expérience artistique tourmentée, où le don de soi devient presque littéral.

Sur une scène dépouillée, Sophie et Alexandra s’apprêtent à faire face au fameux cauchemar de l’acteur. De l’oubli du texte au quiproquo maladroit, les deux comédiennes font peu à peu naître un malaise, qui se répand dans toute la salle. Car si les rires commencent déjà à se faire entendre, ils ne sont pour autant pas unanimes. Emportées dans une improvisation factice, les baladines frôlent l’amateurisme, dans une volonté maîtrisée de combler le vide. Sans véritable écriture dramaturgique, la pièce met alors du temps à s’imposer et touche du doigt la difficulté première qu’elle pose pourtant d’emblée : « le problème essentiel quand on est sur scène, c’est d’avoir quelque chose à dire ».

Mais passées les premières minutes, le malaise de départ s’estompe, et l’on entre enfin dans leur univers, dans cette histoire qui est la leur. Jeux de planches jouit ainsi d’une mise en scène délibérément loufoque, tiraillée entre l’expérience vécue et l’exagération cocasse. Avec son caractère bien trempé, Alexandra Desloires nous livre une prestation impudente mais efficace, qui complète subtilement la touchante folie de Sophie Imbeaux. Parfaitement à l’aise sur scène et totalement décomplexées, elles se lancent dans des chorégraphies désopilantes, des morceaux de bravoure extravagants mais maîtrisés et des bouffonneries théâtrales pleines d’envergure. Le tout, sans jamais perdre de vue leur propos, qu’elles rattrapent bien souvent dans d’augustes tirades métathéâtrales. Avec justesse, elles nous rappellent qu’ « on naît et on meurt comédienne, on ne le devient pas ». Et bien que l’affiche de leur spectacle montre volontairement le contraire, ces talentueuses baladines sont bien loin de faire partie du décor.

Jeux de planches de Jean-Paul Alègre, mise en scène et textes additionnels de Delphine Roudaut, avec Alexandra Desloires et Sophie Imbeaux, au Théâtre Le Funambule Montmartre jusqu’au 3 mars 2015.

Visuel : Affiche du spectacle

Infos pratiques

Association notoire
Lavoir moderne parisien
theatre_le_funambule

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *