Théâtre
Jérémie Sonntag joue la poésie de Rilke au Lucernaire

Jérémie Sonntag joue la poésie de Rilke au Lucernaire

19 avril 2013 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Je n’ai pas de toit qui m’abrite, et il pleut dans mes yeux est le beau titre noir du spectacle mis en scène par Florian Goetz pour Jérémie Sonntag. Une parenthèse dans la course urbaine fort appréciable à découvrir du mardi au samedi au Lucernaire à 18H30.

C’est un drôle de spectacle auquel on se laisse prendre malgré soi, où le seul en scène se fait multiple par le biais des vidéos impressionnistes de la VJ Tankmutation. On n’a pas d’autre choix que de s’inscrire dans les pas de cette marche angoissée que constitue ce montage de texte 100% Rilke.

C’est à partir des Cahiers de Malte Laurids Brigge et de poèmes issus de l’ensemble de l’œuvre de Rainer Maria Rilke (1878-1926) que le comédien, tee-shirt blanc prêt à accueillir les images et rangers aux pieds pour braver le sombre gravier qui jonche le plateau, va jouer la poésie du maître Tchèque.

Tout l’enjeu de ce spectacle est justement d’arriver à faire spectacle. On doit avouer qu’il y parvient en évitant le double écueil, à la fois d’une interprétation trop figurative et d’une lecture statique. L’interaction entre la voix posée de Jérémie Sonntag et les vidéos élégantes vient éclairer la noirceur et l’impression de chute qui se dégage des textes.

L’homme seul erre, dans une fusion totale entre lui et le monde qui le rend, ironie du sort, spectateur de deuxième rang de sa société. Il se sent extérieur à lui- même « Ton cœur te chasse hors de toi même, et tu es déjà presque hors de toi, et tu ne peux plus ». Je n’ai pas de toit qui m’abrite, et il pleut dans mes yeux vient se placer dans le champ du sensible en faisant des allers-retours entre des souvenirs d’enfants, telle cette scène de trouble identitaire où Rainer devient Sophie et des réveils aux matins tardifs après « une nuit mauvaise ».

L’angoisse devient beauté, sans étouffement aucun. Il ressort de ce spectacle au contraire, un étrange apaisement.

Visuel : Mention Gilles Rammant

Infos pratiques

Odéon Théâtre de l’Europe
Les Gémeaux
theatre_du_lucernaire

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture