Théâtre

Le Groeland de Pauline Sales, mise en scène Baptiste Guiton au TNP de Villeurbanne

Le Groeland de Pauline Sales, mise en scène Baptiste Guiton au TNP de Villeurbanne

28 mars 2018 | PAR David Rofé-Sarfati

Tiphaine Rabaud-Fournier et Baptiste Guiton ont souhaité reprendre ce spectacle dix ans après l’avoir créé. Entre temps chacun s’est enrichi d’une nouvelle expérience de vie qu’ils offrent à la pièce.

Pauline Sales a écrit un texte non sur la femme, mais sur son expérience d’être une femme. Dans une forme intimiste  et en même temps dans un décalage introspectif, elle livre ce qui traverse et sa pensée et son inconscient. Elle déplie ses propres questions évitant d’y répondre, car son propos est de nous jeter sa parole de femme, de rendre compte de sa place au monde, de son rapport à la maternité, de sa peur de l’abandon, de sa peur de la mort et de la vie.

Noir total, une femme s’époumone et une musique est jouée au piano. La lumière se diffuse lentement sur le grand plateau vide, au centre la femme pousse et nous rapproche le piano et son pianiste. La pièce débute ainsi. L’halètement de la femme signe la fatigue et l’urgence. Dans un épuisement et en tension Tiphaine Rabaud Fournier, avec talent et par un engagement incarné s’empare du texte circulaire et polyphonique de Sales;  elle résistera au déferlement des mots. Tout au long du texte et de la pièce elle sera dans une urgence de dire, à la façon d’une 4:48 Psychose de Sarah Kane. Elle sera tour à tour une mère et sa petite fille, une femme abandonnée, l’enfant malade, une femme-enfant. Son travail d’introspection est triste, parfois rude. Mais toujours passionnant. Elle nous convoque dans une partition à trois, où le troisième est la musique du pianiste comme une figure tierce et paternelle. La pièce en devient exigeante; courte (1H15) elle  nécessite toute notre attention.

Sans pathos ou atermoiement, ce long monologue pluriel et complexe ne nous laissera pas indemnes.

 

 

GROELAND
de Pauline Sales
mise en scène Baptiste Guiton
avec Tiphaine Rabaud Fournier
piano Sébastien Quencez

 

CréditsPhotos © Michel Cavalca

Le Népal comme si vous y étiez, avec Rémi Bordes
Dominique Gilliot, dans la mémoire vive de La Ménagerie de Verre
David Rofé-Sarfati
David Rofé-Sarfati est Psychanalyste, membre praticien d'Espace Analytique. Il se passionne pour le théâtre et anime un collectif de psychanalystes autour de l'art dramatique www.LautreScene.org. Il est membre de l'APCTMD, association de la Critique, collège Théâtre.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *