Théâtre

Une Femme extraordinaire de Arthur Vernon à la Folie Théâtre.

Une Femme extraordinaire de Arthur Vernon à la Folie Théâtre.

03 janvier 2018 | PAR David Rofé-Sarfati

Arthur Vernon met en scène à la Folie Théâtre son propre texte, Une Femme Extraordinaire, l’histoire d’une emprise amoureuse. Il y aborde avec finesse la destructivité d’une passion érotique dans une pièce courageuse et captivante.

Un couple diabolique.

Une femme extraordinaire s’inspire d’une histoire vraie. Une femme prend le contrôle d’un homme, le manipule par le truchement d’un montage diabolique articulé autour d’une domination sexuelle et d’une série de mensonges malicieusement choisis; le montage va lentement se refermer sur l’homme dans une addiction amoureuse délétère; une déification de la femme et un amour passionnel pour celle-ci constitueront le piège à double collet. Même après la découverte de ses terribles mensonges elle restera une femme extraordinaire pour cet homme définitivement piégé.

Arthur Vernon continue son travail sur la représentation de la sexualité dans cette histoire amoureuse incandescente entre une mannequin lingerie et un vidéaste. Le propos de l’auteur se veut une désacralisation de la sexualité et fait suite à son essai La vie, l’amour le sexe. Cette  désacralisation de la représentation de la sexualité aboutit à une sacralisation absolue de l’acte sexuel lui-même; l’acte ainsi est représenté sur scène pour se transformer en rite d’un culte à la femme, à cette femme extraordinaire, mais dangereuse. Vernon attrape parfaitement ce qui se trame dans une torride passion amoureuse.

Un homme disqualifié devant le mystère du féminin.

L’homme est un brave gars à qui il arrive une relation exceptionnelle autant qu’inattendue, un homme ordinaire qui va vivre quelque chose d’extraordinaire.  La femme est une séductrice dont la cruauté se dévoile (peut-être trop) lentement au long des tableaux. L’ingénieuse mise en scène restitue le pli entre ordinaire et extraordinaire. Elle  combine le réalisme cru du témoignage et la construction dramatique médiée qui tape nos imaginaires. La projection de vidéo et de motion design, le jeu des lumières qui dénudent ou voilent, ou la bande-son finissent de construire une mise en abyme. Les deux comédiens sont talentueux. Daniel Hederich et Anna Stern collent à leur personnage. Anna Stern actrice plurielle prête son talent à son personnage ambigu. Daniel Hederich, P’tit Molière du meilleur comédien en 2015 soutient toute la pièce dans un rôle extrêmement difficile. Il serait le rôle-titre si l’auteur tout à son identification à l’agresseur n’avait pas choisi de rendre hommage au bourreau plutôt qu’à la victime. Une femme extraordinaire est une pièce délicatement psychologisante sur le malheur d’un homme consentant à se rendre esclave d’une chose dont il cherche à se prouver l’existence pour se l’approprier, mais en vain, une chose universelle, la pièce est à conseiller pour ceci, qui s’appelle le mystère du féminin.

Credits : Auteur : Arthur Vernon
Artistes : Daniel Hederich, Anna Stern
Metteur en scène : Arthur Vernon

Agenda Classique de la semaine du 1er janvier
« Après la chute » de Dennis Lehane : A perdre la raison
David Rofé-Sarfati
David Rofé-Sarfati est Psychanalyste, membre praticien d'Espace Analytique. Il se passionne pour le théâtre et anime un collectif de psychanalystes autour de l'art dramatique www.LautreScene.org. Il est membre de l'APCTMD, association de la Critique, collège Théâtre.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *