Théâtre

EL OTRO (L’AUTRE) du CHILIEN LUIS GUENEL AU THEATRE DE LA VILLE, UN CHOC.

EL OTRO (L’AUTRE) du CHILIEN LUIS GUENEL AU THEATRE DE LA VILLE, UN CHOC.

30 novembre 2017 | PAR David Rofé-Sarfati

Créée en 2012, s’inspirant d’un livre de la photographe chilienne Paz Errazuriz et de l’écrivaine Diamla Eltit, la pièce intègre le festival d’automne ; elle est une forme littéraire de docu-fiction au sein d’un hôpital psychiatrique, bouleversant.

Le spectacle de la folie. 

Dans un hôpital psychiatrique sept personnages s’activent, pour rien. Chacun possède sa manière de le faire, une vieille femme tricote un interminable ouvrage, un nain déambule avec son pot en métal et ricane, langue pendue, la main gauche accrochée à son pantalon relevé au genou, un géant implore le ciel par un mantra enfantin, un vieillard pourchasse un endroit pour poser son set de table, un homme enjambe des obstacles imaginaires pour marquer le sol de sa craie, une jeune femme attire les regards en urinant sur elle… C’est l’image de la folie, mais aussi de ce qui se vit toujours avec elle, l’angoisse et ses rites pour la contourner. Le spectacle est rude, parfois insupportable. L’angoisse est présente et les magnifiques mots de Diamla Eltit soufflés d’un hors champ lointain ajoutent une poésie qui ne parvient à calmer cette tension. Le spectacle est aussi rude que d’une humanité radicale. La pièce est un choc. 

Le spectacle du besoin de l’autre.

Au commencement, il y avait un livre, L’Infarctus de l’âme : un recueil de photos de Paz Errázuriz auxquelles répondent des textes de Diamela Eltit. Les photos représentent des couples. Le spectacle s’en inspire. Comme le livre, il propose une suite de tableaux. À chaque tableau la figure de la désespérance, de l’indigence, de la vacuité, de l’appréhension anxieuse, parfois de la terrifiante panique. Mais aussi à chaque tableau une rencontre, un enchâssement d’un personnage avec un autre sous forme d’ajout, de supplétif ou de complément. Car l’autre est incontournable et indispensable. Il est déjà là en nous par le « Je est un Autre ». Le spectacle donne à voir cela, cette humanité organiquement socialisée. 

Le spectacle est unique. 

Le spectacle de la compagnie Teatro Niño Proletario, mis en scène par Luis Guenel ose tout, dépasse les limites connues de l’art dramatique. Les comédiens interprètent du jamais vu. Un deuxieme choc vient dans notre sidération devant cette façon radicale et authentique de jouer. De cet infarctus de l’âme la pièce-choc est une chirurgie à âme ouverte, une découverte indispensable. 

 

 

 

 

 

EL OTRO 
Inspiré de L’Infarctus de l’âme de Paz Errázuriz et Diamela Eltit
Mise en scène, Luis Guenel
Avec Daniel Antivilo, Luz Jiménez, Ángel Lattus, Millaray Lobos, Francisca Márquez, José Soza, Rodrigo Velásquez
Assistant mise en scène, Francisco Medina
Décors et costumes, Catalina Devia
Lumières, Ricardo Romero
Composition musicale, Jaime Muñoz
Photographie, Paz Errázuriz
En espagnol surtitré en français.

À l’Espace Cardin jusqu’au 9 décembre / Théâtre de la Ville, ce spectacle est accompagné d’une exposition de photographies de Paz Errázuriz.

Festival d’Automne à Paris
Théâtre Jean Vilar de Vitry-sur-Seine 15 novembre
Théâtre Paul Éluard de Choisy-le-Roi, scène conventionnée pour la diversité linguistique 17 novembre
La Ferme du Buisson, scène nationale de Marne-la-Vallée 25 novembre
Théâtre de la Ville – Espace Pierre Cardin 29 novembre au 9 décembre
Théâtre Jean Arp / Clamart 13 décembre

Infos pratiques

A la folie théâtre
Théâtre Italique
espace_pierre_cardin

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *