Théâtre
[Critique] Jerusalem (Holocène #1 revisited) au Festival NEXT : une belle proposition du Collectif Berlin

[Critique] Jerusalem (Holocène #1 revisited) au Festival NEXT : une belle proposition du Collectif Berlin

09 décembre 2013 | PAR Audrey Chaix

En 2003, Bart Baele et Yves Degryse, qui forment le Collectif Berlin, réalisent une série de portraits de ville formant le cycle Holocène (la période géologique actuelle) : Iqaluit, Bonanza, Moscou et la première, Jérusalem. Dix ans plus tard, le collectif revient à Jérusalem pour étudier l’évolution de la situation, en reprenant contact avec les personnes déjà interrogées. Une belle démarche pour ce théâtre documentaire qui se pose réellement dans son rôle d’observation d’une situation explosive. 

Autour de quatre musiciens, des écrans – un panoramique au milieu, et deux écrans sur les côtés sur lesquels vont s’affronter les différents points de vue. D’un côté, le rabbin Mike, que l’on prend d’abord pour un spécialiste de la question israélo-palestinienne, mais qui se relève un défenseur ardent de la cause israélienne. De l’autre, un Palestinien. Plusieurs protagonistes se succèdent sur les écrans, chacun révélant sa vérité sur le conflit : dix ans plus tard, le constat est sans appel, la situation en est au même point. Les deux protagonistes principaux se quittent sur le même constat d’échec : s’ils acceptent le dialogue, il leur est impossible de trouver un terrain d’entente.

Au fur et à mesure que la pièce se déroule, le spectateur est de plus en plus plongé dans une ville qui est le centre du monde, et qui cristallise tous les enjeux de l’un des conflits majeurs de la deuxième moitié du 20e siècle. En mettant la vidéo documentaire au centre de sa mise en scène, le Collectif Berlin propose un spectacle fascinant, qui pose des questions essentielles sans pour autant imposer de réponses. De la très belle ouvrage.

Photos : © Gaël Maleux

Infos pratiques

Paul B
Printemps de Bourges
Audrey Chaix
Professionnelle de la communication, Audrey a fait des études d'anglais et de communication à la Sorbonne et au CELSA avant de partir vivre à Lille. Passionnée par le spectacle vivant, en particulier le théâtre, mais aussi la danse ou l'opéra, elle écume les salles de spectacle de part et d'autre de la frontière franco-belgo-britannique. @audreyvchaix photo : maxime dufour photographies.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *