Théâtre

« Coiffure et confidences » au Théâtre Michel

« Coiffure et confidences » au Théâtre Michel

29 mai 2015 | PAR Prescillia Rodax

À l’origine du film Potins de femmes, dont le rôle titre est interprété par Julia Roberts, Coiffure et confidences mêle subtilement l’humour et l’émotion dans un huis clos touchant, porté par six voix, éclectiques mais convaincantes.

[rating=5]

« Thérèse beauty bonjour, que puis-je faire pour votre tête ? » Dans ce décor sucré typique des années 80, cinq femmes se retrouvent aux côtés de Thérèse (Marie-Hélène Lentini), la gérante d’un salon de coiffure de Paimpol. Dès lors, les fous rires, les confidences et les crises familiales se mêlent dans une ambiance contrastée, où l’humour laisse souvent place au douloureux désenchantement de la réalité. Alors que Thérèse et Agnès (Sandrine Le Berre) – sa nouvelle assistante – doivent chacune gérer une vie sentimentale houleuse, la jeune Magalie (Léa François) s’apprête à célébrer son mariage, sous l’œil inquiet et protecteur de sa mère Jeanne (Élisabeth Vitali).

Coiffure et confidences, c’est le nom de l’un de ces fameux magazines proposés aux clientes dans les salons de coiffure, mais c’est aussi le propos de cette pièce émouvante et féminine. La relation mère-fille qui unit Jeanne et Magalie est au cœur de ces confidences, souvent poignantes et toujours criantes de vérité. Jeanne fait preuve d’une acidité tortueuse mais touchante, devant la fragilité de Magalie, atteinte d’un diabète avancé mais toujours guidée d’un profond optimisme. Et si la dureté de ces tranches de vie semble parfois obscurcir la pièce, les touches d’humour sont omniprésentes et l’empêchent ainsi de virer dans une émotion tragique et pathétique. Isabelle Tanakil est parfaitement à l’aise dans son rôle de bourgeoise libérée, qui vient contrebalancer la naïveté d’Agnès. Avec sa voix de crécelle et son excentricité, cette dernière apporte une fraîcheur bienvenue et particulièrement contagieuse.

Une bonne dose de légèreté, une émotion palpable et une ambiance confidentielle tantôt facétieuse ou austère : Coiffure et confidences réunit tous les codes de la féminité, dans une mise en scène intelligente et rondement menée.

Coiffure et confidences, de Robert Harling, adapté par Didier Caron et mis en scène par Dominique Guillo, du 22 mai au 15 août au Théâtre Michel.

Visuel : affiche du spectacle.

Infos pratiques

Théâtre Daunou
Essaion Théâtre
theatre_michel

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *