Théâtre

« Cent mètres papillon » : Maxime Taffanel comme un poisson dans l’eau au Off d’Avignon

« Cent mètres papillon » : Maxime Taffanel comme un poisson dans l’eau au Off d’Avignon

17 juillet 2018 | PAR Christophe Dard

Jusqu’au 26 juillet, la Manufacture d’Avignon propose une création autour d’un nageur confirmé, de ses rêves de gloire aux doutes et à l’abandon d’une discipline qui submerge son existence. Réaliste et rafraîchissant.

La brasse, le dos, le crawl et le papillon… Larie est un nageur de haut niveau. Les entraînements intenses se succèdent, des heures et des heures dans les bassins en vue des championnats annuels de France de natation. Puis vient le jour où il décide de mettre fin à la compétition et à ce rythme dans lequel l’existence n’a d’autre reflet que celui d’une eau claire dans un grand rectangle.

Cent mètres papillon, adapté et mis en scène par Nelly Pulicani, est inspiré d’une histoire vraie. Larie est en fait Maxime Taffanel, un nageur dont la performance et le meilleur chrono ont été les uniques objectifs pendant des années avant d’arrêter et d’entrer à l’École Nationale Supérieure d’Art Dramatique de Montpellier puis à la Comédie Française.

Maxime Taffanel, membre du collectif Colette, crée par Nelly Pulicani, livre une interprétation haletante et énergique. Le jeune comédien dépeint la réalité oppressante des préparations aux compétitions de natation, et notamment les mouvements mécaniques et répétés du corps, et l’émulation de remporter une médaille.

La galerie de portraits est souvent amusante et sarcastique. La mère de Larie hurle son petit nom lors du championnat de natation, le speaker écorche les noms d’une voix nasillarde lors du grand jour, les autres compétiteurs sont froids ou totalement détachés et surtout le coach de Larie, mélange entre le professeur d’EPS au collège et Aimé Jacquet cru 1998.

Mais le champion, fatigué, le souffle coupé, sort la tête de l’eau, se remet en cause et décide de ne plus passer à côté des bonheurs simples comme la scène.

Cent mètres papillon, à 16h25 jusqu’au 26 juillet à la Manufacture. Relâche le 19 juillet
En tournée à partir de septembre 2018 dans toute la France.

Visuels : ©Ludo Leleu

Tous les articles de la rédaction à Avignon sont à retrouver ici

Infos pratiques

Maison Jean Vilar
Ferarra sotto le stelle
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *