Théâtre

Avignon OFF « Le transformiste » de Gilles Granouillet, joli conte de la folie ordinaire.

Avignon OFF « Le transformiste » de Gilles Granouillet, joli conte de la folie ordinaire.

15 juillet 2019 | PAR David Rofé-Sarfati

Gilles Granouillet a écrit un texte fantastique sur la folie d’un homme qui rêve de grossesse. Il met en scène ce texte à l’Artéphile. Xavier Béja et Francois Font, les interprètes, y sont incroyables de vraisemblance. Le conte nous captive.

Un homme se présente devant son médecin de famille pour des problèmes intestinaux. Le problème persiste et la situation prend des proportions inattendues. Nous voila embarqués dans une histoire loufoque où chaque phrase coupée au couteau assure le rythme du drame, un drame humain pour un homme en demande de dignité.

La scénographie géométrique tente de cadrer le délire mais rien ne saura sauver cet homme percuté par l’idée de sa propre féminité de la longue pente du délire. 

Le transformiste a vécu sous la coupe d’un père dominateur, puis d’une femme qui ne lui laissait pas sa place de père. Il se travestit.  Il se transforme au fur et à mesure de l’histoire, mais il ne s’agit pas d’une transformation sexuelle. Il se déguise en femme pour assumer son délire de grossesse. Dans le monde de la réalité, le transformiste ne serait qu’un psychotique paranoïaque interné ou en camisole chimique. Mais le texte -magnifique- de Granouillet est plus optimiste. Dans et par son délire le héros, émouvant, attrape petit à petit sa réelle identité.

La poésie du geste et le jeu admirable des deux immenses comédiens fabriquent un moment rare et édifiant.

Le transformiste

16H00

ARTÉPHILE

5 bis, rue Bourg Neuf
84000 – Avignon –

Infos pratiques

Théâtre des Corps Saints
MuMa du Havre
Geoffrey Nabavian
Parallèlement à ses études littéraires : prépa Lettres (hypokhâgne et khâgne) / Master 2 de Littératures françaises à Paris IV-Sorbonne, avec Mention Bien, Geoffrey Nabavian a suivi des formations dans la culture et l’art. Quatre ans de formation de comédien (Conservatoires, Cours Florent, stages avec Célie Pauthe, François Verret, Stanislas Nordey, Sandrine Lanno) ; stage avec Geneviève Dichamp et le Théâtre A. Dumas de Saint-Germain (rédacteur, aide programmation et relations extérieures) ; stage avec la compagnie théâtrale Ultima Chamada (Paris) : assistant mise en scène (Pour un oui ou pour un non, création 2013), chargé de communication et de production internationale.Il a rédigé deux mémoires, l'un sur la violence des spectacles à succès lors des Festivals d'Avignon 2010 à 2012, l'autre sur les adaptations anti-cinématographiques de textes littéraires français tournées par Danièle Huillet et Jean-Marie Straub.Il écrit désormais comme journaliste sur le théâtre contemporain et le cinéma, avec un goût pour faire découvrir des artistes moins connus du grand public. A ce titre, il couvre les festivals de Cannes, d'Avignon, et aussi l'Etrange Festival, les Francophonies en Limousin, l'Arras Film Festival.CONTACT : [email protected] / https://twitter.com/geoffreynabavia

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *