Théâtre
[Avignon Off] « Fuck America » : La mise en jazz des mots d’Edgar Hilsenrath

[Avignon Off] « Fuck America » : La mise en jazz des mots d’Edgar Hilsenrath

07 juillet 2015 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Re-être. C’est ce que Jakob Bronsky tente de faire au lendemain de la Shoah en débarquant à New York. Jakob Bronsky est l’alter égo d’Edgar Hilsenrath ( Le nazi et le barbier), un survivant bouffé par les crises existentielles à ceux qui sont coupables de ne pas avoir été morts.

Sur scène aucun doute n’est possible nous sommes dans le bureau d’un écrivain. Le sol est jonché de pages blanches et au centre traine un grand bureau. Haïm Menahem est Jakob Bronsky et pour tenir le rythme, le saxophoniste David Rueff remplace les mots par des notes.

C’est l’histoire d’une drôle de vie qui est contée, et incarnée au corps. Jakob ne s’est jamais senti aussi juif qu’à New-York, lui qui est, mais en est-il seulement sur, le seul rescapé d’une famille décimée par la Solution Finale. Il est fauché et quand il gagne le moindre dollars, il le passe en putes bas de gamme.
Tenter d’avancer. Plus que par la parole cela passe par le verbe, la posture de Haïm Menahemau et le son du sax scat. Sa langue est une course effrénée vers l’avenir. Le futur pour lui est un livre qu’il doit finir, où sa vie devient fiction à la façon du Nathan Zuckerman de Philip Roth. Le talent de conteur de Menahem est implacable, on craint pour lui quand il arnaque un restaurant gastronomique pour manger à sa faim. On rit avec lui quand il passe par un service matrimonial pour juste tirer un coup.

Seul reproche à faire à ce spectacle : il s’essouffle sur la durée et mériterait d’être un peu resserré. Mais ce « Putain de livre » est généreux, tout comme la pièce.

Visuel : © Laurent Schneegans

Infos pratiques

Maison Jean Vilar
Ferarra sotto le stelle
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


A propos

Toute La Culture : Comment choisir ?
Toute La Culture est un magazine d'information pluridisciplinaire et national. Il regarde notre societé par les yeux des tendances et de la culture. Fondé en 2009, il est reconnu comme journal en 2012 puis d' Information Politique et Générale (IPG), en 2017

L’objectif de Toute La Culture est véritablement de parler de TOUTE la culture : un film d’animation d’Europe de l’Est comme blockbuster américain à énorme budget, un récital lyrique comme un nouvel album de rap, la beauté et les tendances sont abordées d’un angle culturel et même les sorties en boîte de nuit et les nouveaux lieux à la mode sont dans nos pages. Enfin, les questions politiques d’actualités sont au coeur de nos articles : covid, #metoo, mémoire, histoire, justice, liberté, identité sont au cœur de nos réflexions à partir des spectacles et œuvres que nous voyons comme critiques. Non seulement nos rédacteurs se proposent être vos guides et de vous aider à choisir dans une offre culturelle large, à Paris, en France, en Europe, mais c’est parce que Toute la Culture brasse large que, dans ses quinze articles quotidiens, le magazine doit avoir un point de vue arrêté sur l’actualité. Et ce point de vue part du principe que l’angle culturel offre une grille de lecture unique et précieuse sur le monde dans lequel nous vivons.
Soyez libres… Cultivez-vous !

Soutenez Toute La Culture