Théâtre
« Attaché de presque » : un éclairage satirique et décapant sur les coulisses du « show business »

« Attaché de presque » : un éclairage satirique et décapant sur les coulisses du « show business »

26 novembre 2014 | PAR Marie Charlotte Mallard

Qui n’a jamais rêvé de côtoyer le beau monde artistique ? Lionel Aknine se voyait comédien mais la vie de saltimbanque ne remplissant décemment son compte en banque, le voici du jour au lendemain attaché de presse dans la musique. Un métier aussi passionnant qu’ingrat qu’il exercera avec dévotion 20 ans durant. Une expérience qu’il raconte avec humour et autodérision dans un seul en scène sur-vitaminé, truffées d’anecdotes ahurissantes et de situations rocambolesques.

[rating=5]

Si Elie Kakou nous avait en son temps montré le visage d’une attachée de presse tout de fourrure vêtue, aux airs bourgeois et à la langue bien pendue, Lionel Aknine s’attache ici à mettre en avant les travers et bizarreries qu’impose cette profession de l’ombre au service de l’artiste comme des journalistes. « Quelle chance tu as de côtoyer tous ces artistes ! », une rengaine souvent entendue et pour cause ! Ainsi a-t-il côtoyé Lou Reed, Jeanne Mas, Petula Clarks, Linda de Suza, Alain Chamfort, Les souris déglinguées, Parabellum, Ray Manzarek, Luis Rego, Bonnie Tyler pour ne citer qu’eux. Une chance que le comédien reconnaît avec tendresse tout en faisant la lumière sur un métier exigent, méconnu, souvent mal considéré voire mal aimé, et pourtant maillon indispensable de la production artistique.

Un métier aussi grisant qu’étourdissant, assourdissant même, car être attaché de presse c’est comme le souligne-t-il dans son spectacle: « Parler, écouter et entendre des gens s’écouter parler ». Surtout être attaché de presse c’est « Communiquer, Contacter et Relancer, Relancer, Relancer, Relancer….. » à l’infini, par tous les moyens, jusqu’à en devenir chèvre et s’arracher les cheveux pour promouvoir son artiste coûte que coûte. Outre parlementer avec les journalistes il faut aussi assister à la « commedia del’artiste », les accueillir, porter leurs bagages, sacs à mains, instruments de musique, gérer les égos, les bonnes et mauvaises manières, être psychologue, écouter gentiment les jérémiades et dilemmes, soutenir, réconforter et tendre l’épaule pour que tout soit  « Under control».   On le comprend rien qu’au rythme soutenu de ce spectacle débridé et décapant, pour être attaché de presse il faut, une tonne d’énergie, des kilos de patience, et surtout une capacité d’adaptation à toute épreuve, sans oublier beaucoup de recul et d’humour. Bref il faut être comédien, capable d’incarner tous les rôles, et de rebondir sans cesse.

Attachée de presque c’est donc une plongée dans ce que certains appellent le « stars system », mais c’est surtout un spectacle inspiré d’une histoire personnelle, peuplée de rencontres aussi atypiques qu’enrichissantes. Ainsi nous conte-t-il comment par un heureux coup de chance, il se retrouve attaché de presse dans la musique classique, secteur auquel il ne connaît rien et dans lequel il ne se sent pas à sa place, bien qu’essayant de faire de son mieux se cultivant au coup par coup. Aussi parodie-t-il la rigidité d’un milieu hermétique à l’humour, et ne laissant passer aucune erreur. Du classique il passera à la variété, le rock, le punk, le jazz, la pop et même le rap où il trouvera d’autant plus ses marques mais se verra confronté à des situations invraisemblables. Comme avec le groupe de rap américain De la Soul, ingérables fumeurs de Ganja et coureurs de jupons, avec lesquels l’organisation d’une conférence de presse devient une épopée ubuesque.

Véritable tour d’horizon de la profession, Lionel Aknine parle des maisons de disque telle Universal, Saint-Graal pour toute personne souhaitant travailler dans la musique. Il évoque tant les producteurs et managers qui parlent et théorisent, que les assistantes incultes qui ne connaissent Lou Reed et le confondent avec Lorie. Il nous emmène également à la Maison de la Radio, panthéon radiophonique et temple de la prospection promotionnelle. Ainsi l’on cerne mieux le labeur de l’attaché de presse courant partout et tournant en rond à la rencontre de ceux qui programmeront le nouvel album d’une personnalité, de même que des trucs et astuces qui décideront les journalistes à s’intéresser à l’artiste naissant, tel un beau voyage presse où une soirée privée toute de champagne arrosée.

Attaché de presque c’est donc un hommage à l’oublié des remerciements, à ces petites mains qui se démènent dans l’ombre à grand renfort de coup de téléphone, de relationnel, de verve pointue et enthousiasme, et qui s’il ne sont jamais considéré comme étant à l’origine du succès, seront toujours fautif du bide lorsque l’artiste ne requiert l’attention des médias. Un hommage sensible et affectueux, à ce métier qui l’a rendu autant heureux qu’il aurait pu le rendre fou, une satire acerbe où l’ironie bienveillante est au service du rire et du sourire que l’on garde tout du long. Un spectacle empli d’imitations et de caricatures, aussi instructif que drôle, porté par un comédien à l’énergie débordante et communicative. Au sortir de la salle la curiosité est piquée et l’on voudrait en savoir plus, tant sur les artistes que sur la machinerie qui les entoure. Nul doute qu’il siéra et parlera autant à ceux qui veulent découvrir l’envers du décor qu’à ceux qui le connaissent déjà.

Infos pratiques

Cabinet des Curieux
Radazik
Marie Charlotte Mallard
Titulaire d’un Master II de Littérature Française à la Sorbonne (Paris IV), d’un Prix de Perfectionnement de Hautbois et d’une Médaille d’Or de Musique de Chambre au Conservatoire à Rayonnement Régional de Cergy-Pontoise, Marie-Charlotte Mallard s’exerce pendant deux ans au micro d’IDFM Radio avant de rejoindre la rédaction de Toute la Culture en Janvier 2012. Forte de ses compétences littéraires et de son oreille de musicienne elle écrit principalement en musique classique et littérature. Néanmoins, ses goûts musicaux l’amènent également à écrire sur le rock et la variété.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture