Spectacles

Pippo Delbono, la joie dans la souffrance

Pippo Delbono, la joie dans la souffrance

15 octobre 2019 | PAR Christophe Candoni

Dans une nouvelle création bigarrée et bariolée qu’il a intitulée La Gioia et qu’il présente au théâtre du Rond-Point, Pippo Delbono rend hommage à son compagnon artistique Bobo récemment disparu. Son geste combine généreusement euphorie et mélancolie.

Chez l’artiste italien, on aime retrouver des paroles, des figures, forcément hybrides, aussi étrangères que familières, on aime retrouver cette approche jubilante, bouillonnante, déchirante du plateau, son esprit festif et forain, ce sens profond et généreux du théâtre. Pippo Delbono travaille en troupe, convoque le cirque, la variété, le music-hall… il s’entoure sur scène d’interprètes fétiches qui l’accompagnent depuis fort longtemps. Il les présente au public comme si c’était la première fois. Il raconte à nouveau leurs parcours chargés d’embûches et de chaos, et à travers eux, il fait le tendre portait de la marge sociale et du vagabondage qu’il affectionne tant. 

Sa joyeuse bande campe des créatures fugitives et inspirantes, des corps carnavalesques ou bien sortis des limbes ou d’un imaginaire brumeux. L’un d’entre eux manque, c’est Bobo. Du vieillard octogénaire, sourd, muet, microcéphale, rencontré dans un asile psychiatrique en Italie, on se rappelle la silhouette fine et ramassée, le regard et les petits cris perçants, comme un enfant. 

Sans lui, la pièce et son signataire sont nécessairement teintés d’un immense chagrin. La tristesse envahie le plateau mais n’empêche de voir jaillir une véritable jubilation née de l’effervescence créatrice qui habite chaque artiste. Parce que la représentation est traversée d’émotions aussi pleines et entières que totalement contrastées, parce qu’elle est toujours indissociable de la vie, elle est flamboyante. Un grand échalas en parka rouge à l’expression vive et ingénue cultive son jardin à la manière d’un héros voltairien, un numéro de travesti en play-back, quelques pas de tango, quelques volutes de cigarette, quelques vers d’un fameux poème, un clown tenant un gâteau d’anniversaire et des joyeux lurons qui dansent autour de lui, des ribambelles de fleurs qui descendent des cintres et chassent les feuilles mortes de l’automne… et l’enchantement revient. Pippo Delbono aime les mots et les images. Il propose des tableaux à la fois inspirants et inspirés et appelle la joie d’une manière bouleversante.

Photo (c) Stéphane Trapier 

 

Infos pratiques

Odéon Théâtre de l’Europe
Les Gémeaux
theatre_du_rond-point

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *