Performance

Latifa Laâbissi : Entre angoisse et génie

Latifa Laâbissi : Entre angoisse et génie

22 novembre 2013 | PAR Mélanie Taverny

LatifaLaabissi_AdieuetMerci2_c_NadiaLauro

C’est dans le cadre du Festival d’Automne que la danseuse et chorégraphe Latifa Laâbissi nous a présenté son solo Adieu et merci au Centre Pompidou, et ce, jusqu’au vendredi 22 novembre. Le geste comme point de départ est exploré à travers une notion de « salut », rituel central du théâtre occidental.

C’est donc de là que tout part ! Le salut, ce geste familier du théâtre occidental, est revisité par Latifa Laâbissi. Pendant un peu plus d’une demie heure, la chorégraphe établit une performance seule sur scène. Jouant sur la lenteur et la précision, c’est d’une lumière progressive que la danseuse se dévoile. Les sonorités anodines et mystérieuses contrastent face au silence glacial et angoissant. Le décor se résume à un rideau violet, qui se déplace en fonction de ses mouvements. Elle s’y fond dans une lenteur certaine et met à nue la scène dans une stupeur improbable.

Sa représentation tourne et revient au point de départ, telle une démarche cyclique coupée par un moment de folie totale, où la nudité est explorée. Ce solo vient et revient saluer. Les perceptions sont bafouées et ses saluts marquent aussi bien une fin qu’un début. Sans relâcher, la tension silencieuse persiste sans cesse. Entre attente et mouvements minimes, le salut vient et repart derrière ce grand rideau violet qui prend toute la scène, rythmé par des noirs. Latifa Laâbissi construit une minutieuse chorégraphie de traces et d’inclinaisons, mettant le spectacle en abyme. Elle continue de s’exécuter et « remercie d’avoir été » tout en nous saluant continuellement.

Visuel : © Adieu et Merci / Latifa Laâbissi

Infos pratiques

Les Cygnes
Théâtre du Palais Royal
centrepompidou

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *