Opéra

La Belle Hélène au Châtelet : belle, mais pas que !

La Belle Hélène au Châtelet : belle, mais pas que !

15 juin 2015 | PAR Elodie Martinez

Du 2 au 22 juin, le Théâtre du Châtelet offre au public La Belle Hélène d’Offenbach sous la direction musicale de Lorenzo Viotti et dans une mise en scène de Pierrick Sorin et Giorgio Barberio Corsetti. Belle coïncidence lorsque l’on sait que le lendemain de la Première débutait un colloque à la Sorbonne Nouvelle portant sur « L’acteur face aux écrans » où le nom du premier metteur en scène ressortait à plusieurs reprises !

 

Entre Pierrick Sorin et le Châtelet, c’est une déjà longue histoire d’amour : La pietra del paragone en 2007, Pastorale en 2009 et Pop’pea d’après Monteverdi en 2013. Il s’est également fait connaître à Lyon par Die Zauberflöte la même année, opéra qui fut retransmis non seulement sur la place des Terreaux pour l’Opéra en plein air mais également sur France 3. Si le procédé scénique reste le même (des effets spéciaux capté en direct sur scène), il ne lasse pas et le cinéaste parvient même à le renouveler de spectacle en spectacle, rendant cette production de La Belle Hélène amusante et vivante dans une certaine fidélité à l’esprit d’Offenbach, même si les chanteurs se trouvent contraints de jouer avec la caméra et non avec le public. Les trois écrans permettent d’accentuer certains aspects comiques qui seraient certainement moins visibles avec la scène seule. Le livret est bien sûr très amusant, la musique est enjouée, même si la comparaison avec la précédente prestation de Minkowski dans ce même lieu ne tourne pas à l’avantage du jeune chef Lorenzo Viotti . En même temps, n’est pas Minkowski qui veut !

Si le dynamisme provient en partie de la mise en scène et de l’œuvre en elle-même, il est bien sûr aussi et surtout porté par les artistes sur scène, à commencer par Gaëlle Arquez qui incarne une fort belle Hélène à la voix absolument sublime et profonde, et dont l’articulation est plus qu’appréciable (malgré quelques petites hésitations dans le texte facilement explicable par le trac de la Première). On en redemande !

Face à Hélène, en toute logique, nous avons les garçons : Merto Sungu incarne un Pâris à la voix chaude, et dont le jeu rejoint parfaitement l’esprit d’opérette, assez caricatural pour ne pas être sérieux mais pas trop pour éviter un excès surjoué. Gilles Ragon campe un Ménélas royaln Marc Barrard un Agamemnon risible vocalement moins convaincant que ses camarades mais toujours appréciable, Jean-Philippe Lafont se révèle excellent comédien dans son Calchas, de même que Mark van Arsdale en Achille ou bien Raphaël Brémard et Franck Lopez en Ajax I et II. Kangmin Justin Kim offre un Oreste à la voix toujours aussi superbe ; malheureusement, la langue française est loin d’être facile en chant et l’on sent que cela freine les capacités vocales extraordinaires de ce contre-ténor dont la prononciation dans le parler est excellente mais se perd dans ce chant où les mots s’enchaînent souvent très rapidement.

Vous l’aurez compris, cette production est à voir absolument pour passer une soirée mémorable (même si le deuxième acte est moins palpitant que les deux autres). Vous ne serez pas déçu(e)!

A noter pour les malchanceux qui ne pourraient pas s’y rendre : le spectacle sera diffusé en direct sur Arte le 21 juin à 15h, sur le site arteconcert dès le 22 juin et sur France Musique dans « Samedi soir à l’Opéra » le 27 juin à partir de 19h. Aucune excuse donc pour ne pas passer un bon moment!


La Belle Hélène par theatreduchatelet

©Théâtre du Châtelet – Marie-Noëlle Robert

Infos pratiques

La Route du Rock
Abbaye de Noirlac
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *