Opéra
Alceste au Palais Garnier : Sobriété salutaire dans les ténébres

Alceste au Palais Garnier : Sobriété salutaire dans les ténébres

15 septembre 2013 | PAR La Rédaction

PAR DAVID DESVALLÉES

[rating=4]

Le roi se meurt. Le peuple soupire, la reine expire…
Thanatos rôde, comme une ombre menaçante. Insaisissable, redoutable, la mort est sur scène, sublimée par un danseur voilé de noir.

Olivier Py s’empare de l’argument tragique avec sobriété. De grands tableaux noirs habillent un plateau dépouillé. Quatre artistes y exécutent sur le vif les décors, à la craie, au fil de l’œuvre. Une scénographie noire et blanche, sombre et classieuse. Un tour de force qui impose le silence parmi le public. Une intemporalité adaptée pour cet opéra seria de Gluck.

A la tête du Chœur et Orchestre des musiciens du Louvre-Grenoble, Marc Minkowski dirige cette œuvre exigeante et mélodramatique, l’un des opéras majeurs du compositeur, avec Orphée et Eurydice. Sur scène au troisième acte, les musiciens se prêtent de bonne grâce aux codes dramaturgiques renouvelés par Olivier Py et cèdent la place aux Divinités du Styx dans la fosse d’orchestre.

Tragédienne de talent, Sophie Koch (mezzo-soprano) incarne une Alceste émouvante, héroïne brisée par l’anankè, qui choisit avec dignité de mourir à la place du roi. Roberto Alagna remplacé, le ténor Yann Beuron (déjà aperçu à l’Opéra de Paris dans Platée de Rameau, dirigé par Minkowski), déploie une belle puissance vocale dans le rôle d’Admète, désespéré par le sacrifice d’Alceste. Le baryton Franck Ferrari (Hercule) conclut cette histoire à la manière d’un enchanteur : la gravité du livret, relativement ‘pompier’, se dissipe grâce à la présence scénique charismatique de cet habitué des lieux.

Cette nouvelle production d’Alceste ouvre en beauté la dernière saison de Nicolas Joël. Critiqué au début de son mandat pour des mises en scènes classiques, le Directeur de l’Opéra de Paris cédera la place à Stéphane Lissner en 2014.

Visuel :

Agathe Poupeney / ONP

INFOS PRATIQUES
Du 12 sept. au 7 octobre 2013
Durée : 3h avec un entracte
Places : 10€ > 195€

Olivier Py mise en scène
Pierre-André Weitz décors et costumes
Bertrand Killy lumières

Marc Minkowski direction musicale
Choeur et Orchestre des musiciens du Louvre Grenoble
Yann Beuron Admète
Sophie Koch Alceste
Franck Ferrari Hercule

Infos pratiques

Elephant Paname
Kraspek Myzik
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *