Spectacles

« Les Fourberies de Scapin » au théâtre de Châtillon par les Géotrupes : excellent !

« Les Fourberies de Scapin » au théâtre de Châtillon par les Géotrupes : excellent !

14 janvier 2015 | PAR Maïlys Celeux-Lanval

1671, Molière crée pour la première fois Les Fourberies de Scapin. 2015, la compagnie des Géotrupes s’approprie le célèbre texte sur la scène du théâtre de Châtillon, du 13 au 18 janvier. La compagnie, menée par Christian Esnay, a pour idéal un théâtre populaire, accessible ; eux sont joyeux, idéalistes et emballés. Le public, lui, est séduit, immédiatement. Sur la scène, pas de décor et peu de costumes : juste, le texte, le jeu, et puis c’est tout. Et ça marche furieusement bien !

Lorsque le public s’installe, les acteurs sont déjà sur scène ; ils papotent et ne font presque pas attention à ceux qui vont les regarder pendant 1h40. Puis, ils disparaissent dans les coulisses et le spectacle peut commencer. Cette introduction rappelle le principe fondateur de la compagnie des Géotrupes, à savoir l’accessibilité du théâtre : toutes leurs répétitions sont ouvertes au public. Le spectacle est ainsi immédiatement désacralisé, comme si nous les surprenions en pleine répétition.

Dès les premiers instants, les postulats sont posés : pour décor, simplement de grands pans de tissu noir, rectangulaires et étroits qui changent de position régulièrement, limitant la scène, mettant en valeur l’action ou ouvrant le regard. Les acteurs sont les rois du spectacle : leurs costumes, artificiels, pop et anachroniques, ne sont que pour peu de choses dans l’établissement de leur identité. Car chaque acteur dit son texte avec une intensité rare, flirtant avec l’excessif, nous faisant bien souvent rire aux éclats, et définissant son personnage avec truculence.

Le texte de Molière est donc dit avec éclat : sa dimension comique est à son comble. La compagnie des Géotrupes présente Les Fourberies de Scapin comme une farce, une véritable fantaisie, où Scapin s’incline jusqu’au sol, l’embrasse même, pour s’excuser avec emphase, où il bat son maître (qui nage en plein leurre) avec un énorme bâton disproportionné, où chaque mot fait rire, où chaque acteur se tourne face au public pour lui faire partager son texte.

C’est justement cela qui fait toute l’originalité et la saveur de l’interprétation des Géotrupes : cette manière de s’adresser au public frontalement, défiant l’interaction avec les autres personnages, pour valoriser, avant toute chose, le partage avec les spectateurs. Chaque acteur semble faire un clin d’œil rieur à ceux qui le regardent, comme s’il signifiait « tout cela n’est qu’une farce, tout cela n’est que pour vous » : à bas les barrières traditionnelles, le public est presque sur scène, il participe presque à la pièce.

Dans la salle, quelques scolaires, tous enchantés : la modernité du jeu, sa vivacité et sa joie communicative font des Fourberies de Scapin un spectacle comique parfait, à la fois intelligent et drôle, très drôle. Bravo aux Géotrupes ! Nous sommes conquis.

Informations pratiques :

Les Fourberies de Scapin
Au théâtre de Châtillon, 3 rue Sadi Carnot, Châtillon
Du 13 au 18 janvier à 20h30, dimanche à 15h30
Tarifs : de 10 à 22 euros 
Réservations au 01 55 48 06 90 

Photos : Alain Fonteray

Infos pratiques

Le Perchoir
La Clef St-Germain
Maïlys Celeux-Lanval

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *