Jeune Public

« Univers Light oblique » : Georges Appaix fait danser le langage au Théâtre de la Ville

« Univers Light oblique » : Georges Appaix fait danser le langage au Théâtre de la Ville

08 octobre 2014 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Georges Appaix est un compagnon de route du Théâtre de la Ville, et c’est assez naturellement que le chorégraphe est invité jusqu’au 11 octobre au sein du Parcours Jeunesse. Il invite les mômes à s’interroger sur une question actuelle pour eux : et si écrire, danser et parler c’était la même chose ?

[rating=5]

Au commencement des hommes, il y avait des sensations, des caresses et des coups, des peintures murales aussi. Le tout est sur scène. Deux danseurs revêtent peau de bête et s’apprivoisent de façon animale. Doucement doucement, on passe de la préhistoire à la période yé-yé. Les danseurs sont en costumes colorés, ils sont pêchus et désormais, ils tentent de parler. C’est pas facile, cela prends du temps. Alors, danser devient naturel, les corps forment des lettres, et les lettres des mots, et les mots des phrases.

On s’amuse ici, beaucoup, et pourtant. L’affaire est très sérieuse. Les voix de Deleuze et de Duras croisent les chansons de Gainsbourg et Boris Vian. Tous ont parlé, chanté sur le langage, éternelle passion d’un Joris Lacoste qui a crée L’encyclopédie de la Parole et dont Appaix pourrait être un fer de lance.

Les corps sont signifiants et le spectacle recherche plus le sens que la forme. On s’amuse franchement, que l’on ait huit ou trente ans.  Les danseurs se font comédiens, jouent à perdre le sens et la forme des mots. L’adulte perd sa légèreté, ne sait pas ce qu’il écrit, rature beaucoup.  Univers light oblique fera réfléchir le jeune public tout en l’amusant. Il intéressera les enfants dès sept ou huit ans car il glisse sans esbroufe ni tentative savante. Il vient parler de l’acte qui rends les hommes hommes : dire et le fait avec légèreté.

Horaires :

Au Théâtre de la Ville- Salle Abbesses

Jeudi 09 octobre à 10h et 14h30, vendredi 10 octobre à 15h15 et 20h30, samedi 11 octobre à 15h et 20h30

Visuel : ©Oblique

Infos pratiques

La Cigale
Tant qu’il y aura des bretons
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *