Jeune Public

Une belle et émouvante Nuit où le jour s’est levé

Une belle et émouvante Nuit où le jour s’est levé

07 novembre 2016 | PAR Christophe Candoni

Après l’immense succès de Oh boy ! qui verra bientôt naître sa version new-yorkaise, Olivier Letellier, artiste associé au Théâtre de Chaillot, poursuit l’écriture de spectacles poétiques et modernes pour l’enfance et la jeunesse. Il monte aux Abbesses La Nuit où le jour s’est levé, une belle et émouvante histoire qui laisse le hasard guider la vie d’une jeune femme aimante et combative devenue mère. Fermez les yeux, tournez cinq fois de suite sur vous-même et laissez vous embarquer pour un surprenant voyage…

En 1983, on payait encore en francs, Mitterrand était président de la République et Suzanne n’avait pas beaucoup plus de 20 ans. Cette jeune femme est la formidable héroïne de la pièce coécrite par Sylvain Levey, Magali Mougel et Catherine Verlaguet. Elle décide de faire un voyage, de partir à l’aventure. En jetant un petit caillou sur un planisphère étendu, elle découvre son hasardeuse destination : le Brésil. Partagée entre la peur et l’impatience, elle prend l’avion pour la première fois, traverse les mers, arrive sur place, tourne au premier virage, monte dans n’importe quel bus et se laisse ainsi conduire par l’instinct et le destin. Suzanne trouve hospitalité dans un couvent isolé en haut des montagnes. Alors que la nuit est noire et silencieuse, elle entend les cris d’une femme en train d’accoucher. A peine né, l’enfant est abandonné et Suzanne le récupère. Il s’appelle Tiago. Face aux autorités inflexibles du pays et aux absurdités kafkaïenne de l’administration, elle doit prouver, au mépris du mensonge, sa maternité pour le ramener en France.

Ce beau récit initiatique contemporain mêle autant de douceur que de dureté. Il prône l’engagement, entier, sincère, de l’individu, à l’écoute de ses choix, ses désirs, à l’épreuve de la brutalité du monde et de l’inconnu. Il dit la nécessaire capacité à saisir sa vie et la voir basculer. C’est une histoire de femme qui, aussi étonnant que cela puisse paraître, est racontée et endossée par trois garçons, deux comédiens et un circassien, Clément Bertani, Jerôme Fauvel et Theo Touvet, brillants interprètes, débordants de jeunesse et d’énergie. Rien n’étant directement représenté sur scène, ils donnent formidablement bien corps et vie aux situations les plus folles qui ponctuent ce touchant et périlleux chemin de vie.

Bartleby, ou comment le marionnettes de Bob explosent Wall street
Agenda Classique de la semaine du 7 novembre
Christophe Candoni
Christophe est né le 10 mai 1986. Lors de ses études de lettres modernes pendant cinq ans à l’Université d’Amiens, il a validé deux mémoires sur le théâtre de Bernard-Marie Koltès et de Paul Claudel. Actuellement, Christophe Candoni s'apprête à présenter un nouveau master dans les études théâtrales à la Sorbonne Nouvelle (Paris III).Spectateur enthousiaste, curieux et critique, il s’intéresse particulièrement à la mise en scène contemporaine européenne (Warlikowski, Ostermeier…), au théâtre classique et contemporain, au jeu de l’acteur. Il a fait de la musique (pratique le violon) et du théâtre amateur. Ses goûts le portent vers la littérature, l’opéra, et l’Italie.

Une réflexion sur « Une belle et émouvante Nuit où le jour s’est levé »

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *