Jeune Public

« Ambroisie » à l’Essaïon : joli voyage en musique pour  jeune public

« Ambroisie » à l’Essaïon : joli voyage en musique pour jeune public

07 février 2014 | PAR Geoffrey Nabavian

Voici Ambroisie, histoire d’une petite fille trop crédule placée sous le signe des contes de Charles Perrault. Histoire dont la principale qualité est d’être interprétée par quatre comédiens dynamiques et fantaisistes.

Ambroisie entend par hasard ses parents parler d’elle. Catastrophe : ce qui se prépare pour elle est bien sombre. Elle n’a qu’une idée : ne pas y penser. Mais son imagination ne s’arrête jamais. Et bientôt, elle voit débarquer dans sa chambre les figures des contes qu’elle a tant lus… Le voyage va commencer. Car elle veut juste comprendre pourquoi les autres décident pour elle.

Au total, une dizaine de figures. Pour quatre comédiens. En cinquante-cinq minutes. Au final, l’exercice est réussi : chacune d’elle existe et impose sa fantaisie. Mention spéciale à Mathieu Gerhardt  qui passe avec aisance du père tendu au passe-muraille serein, jusqu’à incarner un Charles Perrault boiteux et drôle, qui rappelle le professeur Kelp de Docteur Jerry et Mister Love. Gaëlle Hispard et son loup chantant, Emmanuel Vacarisas et ses personnages en colère –un Chat Botté réinterprété, ou la Barbe-Bleue- et Sarah Cillaire, qui sait retrouver l’âge d’Ambroisie sans composer une caricature de fillette, savent nous amuser aussi.

Très sympathique, également : le spectacle est émaillé de chansons malicieuses, qui font intervenir guitare électrique, charango ou scie musicale et ajoutent au caractère attachant des personnages. Enfin, signalons le rythme, bien maîtrisé : on passe du rire au frisson, avec des détours par un burlesque qui sait rester dans le bon goût. Bref, aventurez-vous sans crainte dans la petite salle fraîche de l’Essaïon (Paris 4ème), vos (très jeunes) enfants ne seront pas déçus.

Le spectacle sera présenté à l’Essaïon mercredi 21 janvier au mercredi 1er avril 2015.

Ambroisie, un spectacle écrit par Gaëlle Hispard et Mathieu Gerhardt, mis en scène par Gabrielle Laurens. Avec Sarah Cillaire, Mathieu Gerhardt, Gaëlle Hispard, Emmanuel Vacarisas ou Marc Beaudin.

Visuel : © affiche du spectacle Ambroisie

« La Ballade de Rikers Island » : Quand Régis Jauffret rejoint le banc des jurés
L’euphorisante Pornographie de Dave St-Pierre
Geoffrey Nabavian
Parallèlement à ses études littéraires : prépa Lettres (hypokhâgne et khâgne) / Master 2 de Littératures françaises à Paris IV-Sorbonne, avec Mention Bien, Geoffrey Nabavian a suivi des formations dans la culture et l’art. Quatre ans de formation de comédien (Conservatoires, Cours Florent, stages avec Célie Pauthe, François Verret, Stanislas Nordey, Sandrine Lanno) ; stage avec Geneviève Dichamp et le Théâtre A. Dumas de Saint-Germain (rédacteur, aide programmation et relations extérieures) ; stage avec la compagnie théâtrale Ultima Chamada (Paris) : assistant mise en scène (Pour un oui ou pour un non, création 2013), chargé de communication et de production internationale.Il a rédigé deux mémoires, l'un sur la violence des spectacles à succès lors des Festivals d'Avignon 2010 à 2012, l'autre sur les adaptations anti-cinématographiques de textes littéraires français tournées par Danièle Huillet et Jean-Marie Straub.Il écrit désormais comme journaliste sur le théâtre contemporain et le cinéma, avec un goût pour faire découvrir des artistes moins connus du grand public. A ce titre, il couvre les festivals de Cannes, d'Avignon, et aussi l'Etrange Festival, les Francophonies en Limousin, l'Arras Film Festival.CONTACT : geoffrey.nabavian@free.fr / https://twitter.com/geoffreynabavia

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *