Humour

Poupoupdidou, Judith Margolin est Mudith Monroevitz

Poupoupdidou, Judith Margolin est Mudith Monroevitz

15 novembre 2017 | PAR Yaël Hirsch

Un mardi sur deux à 21h et bientôt tous les jeudi à 20h, la pétillante Judith Margolin enfile une robe blanche et une goutte de n°5 dans le cocon flottant de la Nouvelle Seine. Dans ce premier spectacle de One Woman Show que la comédienne a écrit, elle est la réincarnation moderne et ashkénaze de Marilyn Monroe : Mudith Monroevitz. Un spectacle hilarant, audacieux et joliment mis en scène qui fait salle comble et comble la salle, à chaque fois. A découvrir d’urgence. 

[rating=5]

A la rentrée 2018, Mudith Monroevitz reprend à partir du 27 septembre tous les jeudi à 20h à la Nouvelle Seine. La belle blonde sera aussi à l’affiche de la Fête de l’Humanité le 14 septembre à 21h30. 

Robe blanche, décolleté généreux, chaussures argentées, yeux sublimement myopes, et carré sexy, Mudith Monroevitz arrive sur scène comme une apparition : la réincarnation ashkénaze de Marilyn Monroe. Sauf que très vite, elle se met à s’agiter et à rire aux antipodes de l’icône cinématographique : comme une trentenaire de 2017, qui a vu toutes les saisons de Girls en ayant grandi dans une famille de femme fortes (grand-mère Andrée) et d’intellectuels (le père abonné d’urgence à Télérama). A l’occasion d’un dîner dans son 20e natal avec un beau brun ténébreux et divorcé rencontré sur un tournage, elle utilise l’art du flash-back et de l’aparté pour transmettre aux inconnus de sa vie, le public, une série d’anecdotes clés dans la vie d’une comédienne parisienne célibataire de 35 ans.

Dans ce spectacle joliment mis en scène, lumière, vidéos, moments un peu surréalistes de voyages à l’intérieur de l’héroïne, voix off, danses et chorégraphies ponctuent intelligemment l’heure et demie de spectacle. Le texte est drôle, ciselé, certaines vannes venant répondre avec jouissance à nos attentes (le nez de Barbara Streisand), d’autres, bien plus fines et choquantes, marquant toujours plus d’audace (ou de routspah en VO). Le bellâtre brun qui avoue au dessus du bar aux trois fenouils « Ca y est, je bande » et famille entière en prennent pour leur grade, mais pas que : directeurs de casting, médecins, amies d’enfance, hommes du passé et bien sûr Marilyn herself, forment une galerie de personnages fantasques que Mudith Monroevitz imite avec une conviction et une énergie tout juste irrésistible. Un One Woman Show merveilleusement gaulé, au point de donner envie de le revoir pour rire encore… A recommander à tous et toutes, surtout les plus choquables…

A retenir : des deux prochaines dates : 28 novembre et 26 décembre 2017 avant un spectacle hebdomadaire les Jeudis en 2018, à réserver, ici. 

visuel : affiche du spectacle

Gagnez 3 X 2 places pour Pictures of orchestra (24 ou 25 novembre)
«Thelma» : un merveilleux thriller surnaturel sur l’acceptation de soi signé Joachim Trier
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *